Le déploiement d’une nouvelle infrastructure basée sur Windows Server 2012 permet à l’OCDE d’améliorer l’utilisation des bureaux distants.

L’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques)souhaitait améliorer les performances de son environnement informatique de bureau et en simplifier la gestion. Les responsables informatiques, chargés d’analyser les avantages d’une migration vers Windows 7 des bureaux de l’Organisation, ont vu là l’occasion de déployer une infrastructure VDI (Virtual Desktop Infrastructure) qui permettrait de donner davantage de souplesse aux développeurs d’applications, tout en maintenant la sécurité du réseau. Dans le cadre du Programme de déploiement rapide de Microsoft pour Windows Server 2012, l’OCDE s’est intéressée à la fonctionnalité améliorée de Services de Bureau à distance. L’accès aux bureaux personnels virtuels fonctionnant sous Windows 7 a permis aux développeurs de l’OCDE de multiplier par cinq,dans certains cas, la vitesse de connexion à distance aux ressources réseau. Les responsables informatiques, de leur côté, ont bénéficié d’une gestion simplifiée des composants VDI grâce à la console d’administration centralisée.

Témoignage

Basée à Paris, l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) est une organisation internationale qui a pour mission de promouvoir les politiques qui amélioreront le bien-être économique et social. Elle compte environ 2700 salariés.

Situation
L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) a pour mission la promotion de politiques destinées à améliorer le bien-être économique et social partout dans le monde. Pour remplir cette mission, elle fournit des études et des idées sur lesquelles pourront s’appuyer les décisions prises à tous les niveaux d’administration.

L’OCDE compte environ 2700 employés répartis sur différents sites. Ils sont autorisés à utiliser toutes sortes de périphériques informatiques, y compris leurs appareils mobiles personnels, pour se connecter depuis pratiquement n’importe où aux ressources de l’Organisation et gagner ainsi en efficacité En fait, l’OCDE met actuellement en oeuvre à l’échelle de l’Organisation un projet « bringyour- own-device ». Outre l’établissement, avec l’aide des dirigeants de l’Organisation, de nouvelles directives et de nouvelles stratégies de sécurité, les responsables informatiques ont commencé à s’interroger sur l’opportunité de mettre à niveau l’infrastructure serveur pour permettre un accès à distance sécurisé depuis n’importe quel appareil.

Depuis une vingtaine d’années, l’OCDE harmonise son environnement autour de technologies Microsoft. Elle a opté pour le système d’exploitation Windows XP pour les PC de bureau et les portables, et a utilisé Windows Server 2008 R2 comme plateforme applicative d’entreprise. En même temps que la mise à niveau programmée vers le système d’exploitation Windows 7, l’Organisation a souhaité étendre l’exploitation de l’infrastructure VDI pour faciliter la gestion informatique, renforcer la sécurité et donner davantage de souplesse au personnel. Windows 7 comprend plusieurs fonctionnalités qui facilitent la migration vers un environnement VDI, notamment des temps de démarrage plus courts et une connectivité réseau renforcée.

Pour les responsables informatiques de l’OCDE, l’adoption de la technologie VDI est un moyen de se rallier au modèle « bring-your-own-device » et, finalement, de faciliter le transfert d’applications métier sur des appareils grand public, tout en continuant de garantir la sécurité des données. La première étape a été la mise en place d’un projet pilote de déploiement à grande échelle d’ordinateurs virtuels Windows 7 pour les développeurs d’applications. « Ce personnel
répondait à un ensemble de critères importants qui en faisait le groupe de test idéal pour l’évaluation des avantages d’un déploiement VDI
», explique Marius Fodoreanu, Architecte systèmes à l’OCDE. « Pour commencer, ils
ont des exigences spécifiques en termes de performances dans la mesure où ils créent, exécutent et testent des applications. Ensuite, beaucoup de nos développeurs travaillent sur des sites distants et ont besoin d’une
bande passante différente selon l’heure.Enfin, le nombre d’ordinateurs utilisés par nos développeurs nous oblige à centraliser la gestion des accès à ces ordinateurs pour garantir la conformité règlementaire
».

Les cadres étaient très désireux de mettre en place et d’évaluer un projet pilote portant sur le déploiement de bureaux virtuels. Plus exactement, ils recherchaient une plateforme serveur qui permette un accès souple et contrôlé aux environnements de travail virtualisés, quel que soit le lieu.



Solution
L’OCDE a décidé de participer au Programme de déploiement rapide de Microsoft portant sur Windows Server 2012, la dernière version du système d’exploitation serveur. Windows Server 2012 comprend des centaines d’améliorations par rapport à la version précédente, notamment sur la fonctionnalité de Services de Bureau à distance (RDS). « Nous étions impatients de tester la prise en charge renforcée de la haute disponibilité pour les Services de Bureau à distance dans Windows Server 2012, ainsi que la possibilité d’administrer de façon centralisée plusieurs déploiements RDS », explique Marius Fodoreanu.

En partenariat avec Microsoft Services, l’équipe informatique de l’OCDE a réalisé la validation technique des services de Bureau à distance dans Windows Server 2012. Elle a installé deux clusters sur un serveur lame HP ProLiant BL460c, chacun de ces clusters exécutant Hyper-V, la technologie de virtualisation intégrée à la solution. Le cluster à deux noeuds, sur lequel était installé le composant de Services de Bureau à distance, a été réparti entre deux sites différents de centre de données. Le second cluster, composé de quatre noeuds, a été configuré de façon à gérer les ordinateurs de bureau virtuels.

Un déploiement simple
L’OCDE a tiré parti de la possibilité de déployer et de gérer plusieurs instances de la fonctionnalité de Services de Bureau à distance via l’interface centralisée (Server Manager) de Windows Server 2012. Cette interface centralisée évite d’avoir à recourir à des outils différents, par exemple Remote Desktop Services Manager et RemoteApp Manager,
comme c’était le cas dans la version précédente du logiciel. « La possibilité de gérer tous les aspects du déploiement VDI depuis une même console a considérablement simplifié l’exécution des tests », affirme Marius Fodoreanu. « Et nous apprécions de pouvoir désormais utiliser Windows PowerShell pour automatiser les futures tâches de
déploiement et de gestion
».

Des déploiements pilotes pour les développeurs de l’OCDE
Avec Windows Server 2012, les organisations ont le choix entre deux grandes options de déploiement : bureaux virtuels ou virtualisation de session. Dans le cas d’une infrastructure de bureau virtuel, elles peuvent opter pour le déploiement de PC virtualisés individuels ou de pools. Depuis la console d’administration, l’OCDE a déployé pour une soixantaine de développeurs des bureaux virtuels individuels sur lesquels s’exécutait le système d’exploitation Windows 7. « Nos développeurs ont besoin de pouvoir administrer leur propre ordinateur virtuel, mais comme nous comptons élargir le déploiement VDI, nous utiliserons des pools d’ordinateurs virtuels », précise Marius Fodoreanu.

Personnalisation des paramètres utilisateur
Au cours des prochains mois, l’OCDE prévoit d’étendre les bureaux virtuels à un total de 100 employés sur des appareils divers, notamment des tablettes fonctionnant sous Windows 8. Tout en déployant des pools d’ordinateurs virtuels, l’équipe informatique compte utiliser la fonctionnalité Disque de profil utilisateur de Windows Server 2012 pour enregistrer les paramètres personnalisés des utilisateurs et les données du cache d’application sur un disque dur virtuel conservé dans un emplacement de stockage centralisé. De cette façon, toutes les modifications apportées au profil d’un employé par rapport à la session précédente seront prises en compte dès la connexion suivante, quel que soit l’appareil utilisé.



Accès à distance
Le groupe concerné par le déploiement pilote des Services de Bureau à distance de Windows Server 2012 se composait de développeurs travaillant sur trois sites différents. De ces différents lieux géographiques, les développeurs ont comparé la vitesse d’exécution des applications et de connexion à d’autres ressources réseau, par rapport à un délai de référence initial fixé à deux minutes et trente secondes.

Même si ce critère n’était pas essentiel dans l’examen initial de la solution, l’OCDE souhaitait évaluer les améliorations apportées aux outils Microsoft RemoteFX de Windows Server 2012. Apparu pour la première fois dans Windows
Server 2008 R2 Service Pack 1, RemoteFX comprend un ensemble de technologies destinées à accélérer le traitement graphique pour offrir à l’utilisateur une expérience plus homogène. L’équipe du projet a notamment testé la capacité à rendre, sur une connexion WAN, divers formats multimédias enrichis, parmi lesquels la vidéo haute définition.

Avantages
L’adoption de Windows Server 2012 par l’OCDE a déjà donné un certain nombre de résultats. Par exemple, l’Organisation peut plus facilement déployer une infrastructure VDI et surveiller cet environnement de façon centralisée pour garantir la conformité aux normes de gestion de la sécurité. En outre, grâce à la diversité des options de déploiement prises en charge, elle peut déployer Windows 7 et uniformiser son environnement de bureau tout en continuant de fournir aux utilisateurs porteurs d’exigences spécifiques une expérience informatique enrichie et personnalisée.

Un fonctionnement plus souple
L’OCDE peut maintenant exploiter les fonctions améliorées de VDI de Windows Server 2012 pour garantir à ses collaborateurs, quel que soit l’endroit où ils travaillent, une expérience informatique plus riche. Et l’Organisation
doit évaluer la possibilité pour les employés d’accéder à leurs applications et à leurs données à partir d’un plus grand nombre d’appareils, tout en facilitant la gestion des profils personnalisés pour renforcer la productivité des utilisateurs. Elle tirera également parti des différentes options de déploiement disponibles pour son environnement VDI, en fonction des besoins propres à chaque catégorie d’employés. « Les améliorations apportées aux services de Bureau à distance dans Windows Server 2012, qu’il s’agisse des différents scénarios de déploiement ou de la garantie d’une
expérience de Windows similaire quel que soit le type d’appareil, nous ont permis de gagner en souplesse à plusieurs niveaux
», affirme Marius Fodoreanu.

Accès accéléré aux services réseau, amélioration des performances des applications
Avec l’environnement VDI, l’OCDE a vu les performances progresser. Il a suffi de 30 secondes environ aux développeurs pour établir une connexion pour accéder à distance aux ressources du réseau. Par ailleurs, l’Organisation peut maintenant virtualiser sur des serveurs Hyper-V les charges de travail utilisant de gros volumes de données, notamment les applications de calcul les plus performantes.



Gestion informatique simplifiée
Des outils dotés d’un assistant et accessibles depuis une même console d’administration facilitent le déploiement et la gestion des composants des Services de Bureau à distance sur différents serveurs. Depuis l’interface centralisée, l’équipe informatique peut créer des groupes de bureaux virtuels ou de sessions, déployer et corriger des images et gérer les utilisateurs. Elle peut aussi utiliser Windows PowerShell pour automatiser une grande partie des tâches et des processus associés à la gestion d’un environnement VDI. « La possibilité d’utiliser conjointement l’interface des Services de Bureau à distance de Server Manager et Windows PowerShell apporte une puissance remarquable », explique Marius Fodoreanu. « Elle permet à nos administrateurs de déployer rapidement les composants VDI et de simplifier la gestion quotidienne de notre environnement ».

Windows Server 2012
Windows Server sert de moteur à la plupart des plus grands centres de données de la planète, renforce l’autonomie des petites entreprises du monde entier et est un atout précieux pour toutes les entreprises de taille intermédiaire. Dans cette même optique, Windows Server 2012 représente un véritable bond en avant : il offre des centaines de nouvelles fonctionnalités ou d’améliorations concernant la virtualisation, la mise en réseau, le stockage, le confort d’utilisation, le cloud computing, l’automatisation, et bien davantage. Pour dire les choses simplement, Windows Server 2012 est un véritable atout qui permet de réduire le coût de l’exploitation informatique de votre entreprise et de valoriser votre activité comme jamais auparavant.

Problématique

  • Faciliter la mise en place d’un projet « bring-your-own device », en déployant une infrastructure VDI (Virtual Desktop Infrastructure) parallèlement à la mise à niveau programmée du système d’exploitation des postes de travail.
  • Donner davantage de souplesse au personnel.
  • Faciliter la gestion informatique.
  • Renforcer la sécurité.

Bénéfices

  • Fonctionnement plus souple
  • Accélération de l’accès à distance aux ressources réseau
  • Simplification de la gestion informatique grâce à l’harmonisation des systèmes de bureau