PSA Peugeot Citroën dessine son infrastructure «2.0» avec Hyper-V

Avec son projet « Infra 2.0 » PSA Peugeot Citroën entend tendre vers une allocation dynamique des ressources et parvenir à un taux d’utilisation des serveurs physiques de 40%. Pour atteindre cet objectif, le constructeur a choisit de standardiser une plate-forme de virtualisation autour de Microsoft Hyper-V.

Témoignage

« Accroître le recours à la virtualisation et banaliser ce type de plate-forme grâce à une offre standardisée ». En quelques mots, Jean-Luc Perrard, directeur Infrastructure des systèmes d’information de PSA Peugeot Citroën esquisse les modalités du projet « Infra 2.0 ».

Un projet qui engage l’infrastructure du constructeur pour les 5 ans à venir et au sein duquel Microsoft Hyper-V joue un rôle clef.  « Nous avons évalué la solution de virtualisation de Microsoft sur plusieurs critères, détaille Jean-Pierre Dumoulin, responsable stratégie IT : la performance, la stabilité mais aussi l’interopérabilité ». Après une première vague de déploiement qui a vu l’installation de 200 machines virtuelles, ce sont près de 500 machines virtuelles qui seront mises en production à l’horizon 2010. Avec un objectif clair : tendre vers une allocation dynamique des ressources et parvenir à un taux d’utilisation des serveurs physiques de 40%. « Hyper-V est l’un des axes qui doit y contribuer », affirme Jean-Pierre Dumoulin.

Problématique

Comment accroitre le taux d’utilisation des ressources physiques de l’infrastructure serveur ? Comment tendre vers une allocation dynamique des ressources ?

Bénéfices

Une plate-forme de virtualisation standardisée et interopérable
Un taux d’utilisation des ressources physiques accru Un pas de plus vers l’allocation dynamique des ressources

Consulter les autres témoignages

Par secteur d'activité

Par thème

Par produit

Par effectif de l'entreprise