Le SEA modernise son infocentre, optimise ses performances et réduit significativement son coût total de possession (TCO) avec SQL Server 2012 et l’accompagnement de Microsoft Services

Devenu obsolète, l’infocentre de l’application au coeur des activités du SEA vient d’être migré en décembre 2012 vers SQL Server 2012, solution retenue pour ses avantages financiers et la richesse d’une offre complète, performante et évolutive.

Témoignage

Fort de 2200 personnes, le Service des Essences des Armées (SEA) acquière, stocke et fournit aux forces armées françaises et alliées les produits pétroliers dont elles ont besoin pour mener à bien l’ensemble des opérations militaires et des activités de maintien en conditions opérationnelles. Il est présent en métropole, dans les DOM-TOM et sur toutes les opérations extérieures.



Son activité repose en grande partie sur un « compte de commerce », qui est un compte spécial de l’Etat retraçant toutes les opérations de caractère industriel ou commercial (acquisition/revente de produits pétroliers par le SEA au meilleur coût). Critique, il traite en moyenne 1,4 milliard d’euros de flux financiers par an 700 millions en dépense et autant en recette, les acquisitions étant refacturées aux armées. Ce compte est géré par un environnement informatique conçu en interne, doté d’un infocentre. Aussi, face à l’obsolescence d’une partie de ce système, la Direction Centrale du Service des Essences des Armées (DCSEA) a décidé en avril 2012 de faire appel à Microsoft Services pour migrer cet infocentre de gestion du compte de commerce.

Une solution clés en main et évolutive
La gestion informatisée du compte de commerce du SEA repose en effet sur un infocentre alimenté par une trentaine de flux de données provenant d’applications métier développées en interne. Les flux sont gérés automatiquement par un ETL (Extract-Transform-Load, une technologie permettant d’effectuer des synchronisations massives d’informations d’une base de données vers une autre). Obsolètes, base et ETL n’étaient plus soutenus par leurs éditeurs respectifs, ce qui posait un problème de maintien en condition de sécurité, d’évolutivité et de performances. « Notre objectif n’était donc pas de concevoir une nouvelle application mais de reproduire notre existant à l’identique en s’appuyant sur une nouvelle base et un ETL capable de gérer nos flux, explique Bertrand Bonnemains, Chef de la section Gestion du Système d’Information du SEA (GSI). Plusieurs facteurs sont intervenus dans le choix de SQL Server 2012, et notamment son coût total de possession (TCO) raisonnable, l’assurance d’avoir des experts Microsoft à nos côtés pour tirer le meilleur profit de la solution, et bien sûr les fonctions techniques nécessaires ».

Au-delà des contraintes budgétaires, le SEA souhaitait disposer d’une solution complète et intégrée qui lui permette de migrer son infocentre à l’identique dans un premier temps. Mais cette solution devait également être ouverte et évolutive, notamment en termes d’outils de Business Intelligence (BI). « C’est un des grands atouts de SQL Server 2012 que de proposer dans une solution unique tous les outils dont nous avons besoin aujourd’hui mais également ceux dont nous aurons besoin demain pour enrichir notre environnement d’applications décisionnelles », précise Bertrand Bonnemains.

Enfin, dernier critère de choix et non des moindres, compte-tenu de ses spécificités « métier », le SEA a fait le choix de maîtriser son système d’information en interne. « La facilité de prise en main et l’ergonomie de SQL Server 2012 ont été déterminantes dans la décision sans oublier l’accompagnement du Centre de Compétences de Microsoft (CCMS) tout au long du projet », poursuit Bertrand Bonnemains.

Un accompagnement de qualité
Le projet a été découpé en quatre grandes phases sur une durée de six mois. Les deux premiers ont été consacrés au transfert de compétences entre le CCMS et les équipes internes du SEA. Après un diagnostic établissant la faisabilité de la migration, les 10 Go de données ont été extraits de la base existante et injectés dans SQL Server 2012. Le modèle de données a été repris à l’identique. « Comparé à la reprise des flux d’alimentation, la bascule des données a nécessité peu de travail, souligne Bertrand Bonnemains. Nous avons en effet dû réécrire l’intégralité des trente programmes d’alimentation, désormais gérés par l’ETL SSIS 2012. L’opération était extrêmement complexe et sans l’expertise du CCMS nous aurions probablement mis beaucoup plus de temps sans parvenir à une solution aussi performante que celle dont nous disposons aujourd’hui. Les consultants de Microsoft ont non seulement su faire preuve d’une grande pédagogie en tirant toujours nos équipes vers le haut mais également d’une excellente capacité d’écoute afin de proposer des solutions adaptées à nos problèmes ».

Reproduction à l’identique mais en plus performant
Fin 2012, le SEA passait en phase de production. Dès les premiers jours, une nette amélioration des temps de réponse sur les requêtes a été constatée, mais c’est surtout sur les processus d’alimentation que le SEA a gagné en performances : 6 minutes en moyenne pour exécuter les plus gros flux avec SQL Server, contre 3 heures et demie auparavant ! « C’est certes un bénéfice important, reconnaît Bertrand Bonnemains, mais loin d’être le seul que nous retirons de notre nouvelle architecture puisque celle-ci nous permettra d’ajouter à notre outil des fonctions de reporting et de simulation clés en main qui nous manquent encore actuellement, grâce à l’intégration native de fonctionnalités de Business Intelligence dans la solution SQL Server 2012 ».

Aujourd’hui, grâce à SQL Server 2012 et à l’accompagnement réalisé par Microsoft Consulting Services, le SEA dispose en effet d’une solution technique conforme aux meilleures pratiques, solide et pérenne (supportée pendant au moins 10 ans). Grâce au transfert de compétence effectué pendant la migration et à la base de connaissance importante sur le Web (Technet, MSDN, Laboratoire SupInfo, etc.), le SEA n’a pas perdu en autonomie sur son système d’information. Enfin, il dispose aujourd’hui d’une solution très avantageuse d’un point de vue financier. « C’est d’ailleurs une des caractéristiques essentielles de SQL Server 2012 : après une semaine de formation, on peut déjà commencer à exploiter l’outil ou, autrement dit, l’environnement de Microsoft favorise une réduction des coûts initiaux de formation et d’exploitation sur le long terme », conclut le Chef de la section Gestion du Système d’Information.

Problématique

  • Remplacer la base de données et l’ETL existants arrivés en fin de support par une solution pérenne et performante.
  • Déployer une solution au coût raisonnable, évolutive, performante et qui puisse être rapidement maîtrisée par les équipes internes du SEA.

Bénéfices

  • Optimisation des performances des requêtes
  • Pérennité de la solution
  • Simplicité : prise en main et ergonomie
  • Réduction du TCO
  • Evolutivité de l’architecture
  • Solution complète et intégrée
  • Transfert d’expertise

Consulter les autres témoignages

Par secteur d'activité

Par thème

Par produit

Par effectif de l'entreprise