Les pompiers d’Eure-et-Loir réduisent leur charge d’exploitation

Pour faire face à l’augmentation de la charge d’exploitation et à la croissance du parc de serveurs, le service informatique des pompiers d’Eure-et-Loir a migré bon nombre de ses serveurs vers un environnement virtualisé sous Microsoft Virtual Server 2005.

Témoignage

« La virtualisation nous a permis de réduire la charge d’exploitation tout en améliorant la souplesse du système d’information, cela permet de répondre beaucoup plus rapidement aux besoins des applications. Qu’il s’agisse des applications en productions ou du déploiement de nouvelles applications » estime Luc Poulbot, responsable du service informatique et téléphonie du SDIS 28.

Également connu sous le nom de Sapeurs Pompiers d’Eure-et-Loir, le service départemental d’incendie et de secours d’Eure-et-Loir étend ses ramifications dans le département au travers de 70 centres de secours et d’incendie. Son effectif est composé de 242 sapeurs pompiers professionnels et de 2 200 volontaires. Fin 2005, son service informatique éprouvait des difficultés à supporter la charge d’exploitation de son parc de serveurs. En particulier, il peinait à répondre aux demandes imposant l’achat de serveurs qui, dans le secteur public, sont synonymes de longues procédures administratives. À cela venait s’ajouter une consommation électrique qui allait dépasser les capacités de l’onduleur récemment installé, pourtant deux fois plus puissant que le précédent. Proposée par l’intégrateur Tibco dans le cadre d’un marché public, la solution viendra d’une virtualisation massive. Le service informatique est d’autant plus ouvert à cette idée que son parc est alors en pleine phase de renouvellement.

Problématique

Pour le service départemental d’incendie et de secours d’Eure-et-Loir, l’enjeu consistait à réduire la charge et les coûts d’exploitation du service informatique et de répondre plus rapidement aux besoins applicatifs. Pour ce faire, une quinzaine de serveurs essentiellement frontaux ont été migrés vers autant de machines virtuelles supportées par quatre serveurs physiques tournant sous l’hyperviseur Microsoft Virtual Server.

Bénéfices

La virtualisation a facilité l’exploitation lors des déploiements, des sauvegardes, des tests et de la gestion des flux. Elle a permis de gagner en souplesse lors de l’affectation des ressources, de la gestion des changements et de l’utilisation des machines physiques. La qualité de service a été améliorée et des économies ont été réalisées.  

Consulter les autres témoignages

Par secteur d'activité

Par thème

Par produit

Par effectif de l'entreprise