Bouygues Construction : un ERP financier et un datawarehouse basés sur SQL Server

Depuis 2006, Bouygues Construction se lance dans le déploiement d’un ERP couplé à un datawarehouse. Afin d’assurer la montée en charge, répondre aux contraintes de disponibilité et éviter de multiplier les compétences, le service informatique décide de fonder l’infrastructure du projet sur le système d’exploitation, l’annuaire et le moteur de base de données de Microsoft.

Témoignage

"Le choix du système et du moteur de base de données de Microsoft n’était pas seulement lié à une politique générale. En effet, avec SQL Server, nous gagnons en productivité sur les tâches d’administration et de tuning, ainsi que sur les opérations de sauvegarde et de restauration. Dans le même temps, Windows Server 2003 en version 64 bits se montre très stable", explique Erick Brehm, en charge de l'architecture technique SAP chez Bouygues Construction  

En 2005, Bouygues Construction met en chantier un projet baptisé Edifice visant à déployer SAP sur un vaste paysage (l’ensemble des processus du domaine finance) qui devrait concerner, à terme, jusqu’à 6 000 utilisateurs répartis sur l’ensemble de la planète. Le périmètre fonctionnel comprend un ensemble composé de la finance, de la comptabilité et de la gestion, pris en charge par l’ERP ECC de SAP, auquel s’ajoutent les composants SAP BI (BW), SAP PI (EAI) et SAP EP (portail d’entreprise).

Problématique

Le projet de Bouygues Construction est d’adopter une architecture basée sur plusieurs serveurs physiques accueillant une base de production, un datawarehouse et des services applicatifs, puis de mettre en œuvre un site secondaire vers lequel les données seront répliquées en léger différé. Dans cette optique, la société opte pour le déploiement d’un ERP et d’un datawarehouse pour le domaine finance, à l’échelle de toute l’entreprise, avec une architecture permettant d’assurer une reprise en moins de huit heures et des pertes de données inférieures à une heure.

Bénéfices

Simplicité dans sa mise en œuvre et son paramétrage, la solution répond aux préconisations de Microsoft et SAP. Elle est stable et performante en attendant la montée en charge début 2009. Le site secondaire peut être éventuellement utilisé pour corriger des erreurs humaines.