Dans Paris et sa banlieue, une solution intelligente de partage de véhicules diminue de 90 % les coûts des automobilistes et réduit la pollution

« Nous estimons que d'ici 2023, nous aurons effectué plus de 60 millions de trajets qui auraient généré 75 millions de tonnes de dioxyde de carbone si les automobilistes utilisaient des véhicules à essence plutôt que des véhicules électriques ».
Vanessa Colombier, Responsable Communication, Autolib’ & Marcelino Pera, Project Manager, Syndicat Mixte Autolib’.

Autolib’ est un service de partage de véhicules électriques créé dans la ville de Paris et dans 48 communes avoisinantes pour décongestionner le trafic, réduire la pollution sonore et celle de l'air, et proposer aux habitants des solutions de transport plus souples. Mis en œuvre par l'entreprise logistique IER, le système intelligent, qui fonctionne sous Windows Embedded, assure la liaison entre le système embarqué, les bornes d'abonnement et de location, les bornes de charge et le système central de gestion. D’ici 2023, la solution devrait remplacer plus de 25 000 voitures privées et réduire de 75 millions de tonnes les émissions de dioxyde de carbone. Les automobilistes qui ont adopté Autolib’ ont également économisé 90 % par an sur leurs coûts de transport. Les abonnés à Autolib’ bénéficient aussi de services (navigation GPS, parking gratuit et paramètres personnalisés) qui rendent leurs trajets plus agréables. La souplesse de la solution garantit une mise en œuvre plus simple et réduit les risques lors du déploiement, facilitant ainsi la mise en œuvre de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux services par Autolib’.

Témoignage

« À Paris, si l'on possède une voiture, il faut débourser environ 5000 euros par an ; la solution Autolib’ fonctionnant sous Windows Embedded revient à environ 500 euros, soit 90 % moins cher ».
Pierre Avril, conseiller municipal de la ville de Malakoff et vice-président du Syndicat Mixte Autolib’

Contexte
Autolib’ est le premier service de partage de véhicules électriques mis en œuvre dans une grande métropole européenne. Lancé en 2009 par la Mairie de Paris et les communes environnantes, le programme avait pour objectif de réduire les embouteillages et d'offrir une solution de transport plus souple aux 8 millions d'habitants de la région. Autolib’ s'inscrit dans une série de projets récents destinés à améliorer les transports publics, qui compte notamment un réseau de bicyclettes en libre-service baptisé Vélib' instauré en 2007 par le maire de Paris, Bertrand Delanoë. Outre la création de nouvelles options pour les voyageurs, ces programmes répondent à une vision plus « verte » de la ville, moins bruyante et moins polluée.

La majorité des deux millions de Parisiens ne possèdent pas de voiture. En revanche, plus d'un million de personnes circulent chaque jour dans la ville. La plupart habitent en banlieue et viennent travailler dans la capitale. « Environ 70 % des Parisiens ne possèdent pas de voiture, et pourtant les encombrements sont énormes », explique Vanessa Colombier, Responsable Communications chez Autolib’. « L'objectif était donc de réduire le nombre de voitures privées et la pollution qui va avec ».

L'autre problème rencontré était celui des places de parking. « Il n'y a pas suffisamment de places de parking à Paris, ce qui en soi contribue aux embouteillages et à la pollution », constate Vanessa Colombier. « Environ 10 % du trafic dans la capitale est dû à des automobilistes à la recherche d'un endroit où se garer ».

Par ailleurs, posséder un véhicule engendre des frais. Selon les estimations d'Autolib’, les propriétaires d'une voiture doivent débourser en moyenne 5000 euros par an en assurance, frais de parking, réparations et entretien. Pierre Avril, conseiller municipal de la ville de Malakoff et vice-président du Syndicat Mixte Autolib’, déclare : « Nous souhaitions montrer que partager un véhicule peut être une solution intéressante et que, finalement, si cela supprime des véhicules sur les routes, c'est très positif ».

photo1_autolib.jpg

L'objectif d'Autolib’ était d'offrir une solution de transport pratique et complémentaire des services existants. Si les services de transport en commun ne manquent pas, les bus et les trains s'arrêtent la nuit entre 1h et 5h30. Autolib’ souhaitait mettre en place une solution d'autopartage qui fonctionne de jour comme de nuit et qui s'intègre parfaitement aux services classiques. Ainsi, des banlieusards pourraient prendre le bus ou le train pour se rendre au centre de Paris et rentrer chez eux en voiture.

En février 2011, Autolib’ a décidé de confier la gestion du projet au groupe Bolloré, un conglomérat international spécialisé dans le transport et la logistique. Bolloré commercialisait déjà la Bluecar, un véhicule électrique quatre places alimenté par une batterie LMP (Lithium Métal Polymère) exclusive. Ensuite, Bolloré a chargé sa filiale IER de concevoir et de mettre en œuvre un système intelligent d'autopartage qui relie les bornes d'abonnement et de location, les bornes de charge électrique et le système embarqué avec les applications d'un centre de données distant. « Avec Windows Embedded, il est facile d'ajouter de nouvelles fonctionnalités : il suffit d'adapter la couche logicielle pour qu'elle puisse communiquer avec de nouvelles applications et de nouveaux appareils mobiles ». Pierre Avril, conseiller municipal de la ville de Malakoff et vice-président du Syndicat Mixte Autolib’

Solution
Pour IER, le défi était double : concevoir une solution complexe en partant de rien, et réaliser le projet en moins de sept mois. Pour y parvenir, IER a affecté une équipe de 25 développeurs au projet et a opté pour une plateforme Microsoft, composée des systèmes d'exploitation Windows Embedded et Windows Server et du logiciel Microsoft SQL Server.

« Nous devions doter les voitures d'un système intelligent qui leur permette de communiquer à tout moment avec des applications distantes et des services GPS », explique Christophe Arnaud, Responsable Transport, Infrastructure des véhicules électriques et Solutions d'autopartage chez IER. « Dans ces conditions, le choix d'une solution fonctionnant sous Windows Embedded s'imposait. Et avec un délai aussi court, nous devions être certains de la qualité et de la solidité de la plateforme ».

Après le succès, en octobre, d'un projet pilote portant sur 66 voitures, IER et Autolib’ étaient prêts à mettre le système en service. Ce fut fait le 5 décembre 2011. La solution d'autopartage se compose de bornes pour l'abonnement, la location et la recharge des véhicules, d'un système embarqué et de terminaux de poche pour le suivi et l'entretien des véhicules.

Les nouveaux utilisateurs peuvent s'abonner sur l'une des 80 bornes réparties dans Paris. Il leur suffit pour cela d'une carte d'identité ou d'un passeport, d'un permis de conduire et d'une carte de crédit. Les bornes, qui fonctionnent sous Windows Embedded POSReady, permettent de contacter par visioconférence un agent du service client. Les automobilistes ont le choix entre plusieurs abonnements, à la journée, à la semaine, au mois ou à l'année. L'opération prend généralement moins de six minutes. Ils reçoivent immédiatement un badge RFID qui leur donne accès à un parc de 1800 véhicules Bluecar. Actuellement, Autolib’ compte plus de 75 000 abonnés, dont 35 000 ont souscrit un abonnement annuel. L'abonnement d'un an coûte environ 144 euros, auxquels s'ajoutent 5 euros par demi-heure d'utilisation. Autolib’ prévoit de faire passer son parc Bluecar à 3000 véhicules d'ici la fin de l'année 2016.

Après s'être inscrits, les abonnés peuvent réserver une voiture sur l'écran tactile Windows Embedded POSReady de l'une des 800 bornes qui sont chacune reliées à quatre à six bornes de recharge. Avec 4000 bornes de recharge réparties dans Paris et les environs, les abonnés peuvent généralement trouver un véhicule à moins de 500 mètres dans la direction de leur choix. Un signal lumineux sur chaque borne indique les voitures disponibles, réservées ou hors service.

Le système embarqué d'Autolib’, qui fonctionne sous Windows Embedded Standard, accueille le conducteur en le saluant par son nom et règle la température et les stations de radio en fonction des préférences enregistrées lors de l'abonnement. Sur l'écran tactile, l'automobiliste peut accéder au système GPS ou appeler un agent du service client qui l'aidera à trouver une place de parking ou à résoudre un problème quelconque. Avec cette solution, les automobilistes ont accès à des places de parking gratuites dans Paris et en banlieue.

Le système embarqué et les bornes sont reliés à un centre de données distant et à des serveurs fonctionnant sous Windows Server et SQL Server. L'infrastructure serveur héberge des applications exclusives qui permettent à IER de gérer les données télémétriques envoyées par radio depuis les voitures, en plus des informations sur le conducteur, la facturation et l'abonnement collectées sur les bornes de location et d'abonnement.

Les bornes de recharge sont reliées par câble aux bornes de location, qui transmettent les données au centre de contrôle via Internet. Grâce à leur terminal de poche de la famille Windows Embedded Handheld, les 400 agents d'entretien ou « ambassadeurs » peuvent se connecter à distance au système de gestion. Ils peuvent localiser les voitures en temps réel et suivre les niveaux de charge pour secourir les automobilistes en cas de besoin ou déplacer les voitures rechargées à l'endroit où elles sont requises.

photo2_autolib.jpg

Cette solution apporte une grande souplesse. Les automobilistes peuvent, par exemple, prendre une voiture à une borne de recharge et la laisser à une autre borne pour poursuivre leur trajet en bus ou en train. Ils peuvent aussi récupérer un véhicule lorsque d'autres services de transport ne sont pas disponibles. Ainsi, d'après les estimations d'Autolib’, jusqu'à 25 % des trajets en Bluecar sont effectués la nuit entre 1h et 5h30.

D'après Autolib’ et IER, des agglomérations du monde entier s'intéressent à leur solution, notamment d'autres grandes villes d'Europe, des États-Unis et d'Asie. Autolib’ prévoit déjà de nouvelles améliorations à son système, comme l'intégration de lecteurs MP3 et d'applications contextuelles qui proposeraient des services personnalisés et des offres spéciales différentes selon l'endroit.

Avantages
Grâce à ce système intelligent de partage de véhicules électriques équipés de Windows Embedded, Paris et les communes environnantes réduisent la pollution tandis que les automobilistes économisent sur les coûts de transport et bénéficient de services personnalisés. La souplesse de la solution se traduit par une mise en œuvre simplifiée.

75 millions de tonnes de dioxyde de carbone en moins
Selon les estimations d'Autolib’, le parc de Bluecar devrait remplacer 25 000 véhicules privés à essence et entraîner une réduction sensible de la pollution. « Avec le système intelligent fonctionnant sous Windows Embedded que nous utilisons, nous pouvons suivre chaque trajet et calculer le volume des émissions pour un véhicule à essence de même catégorie », souligne Marcelo Pera, Directeur du projet chez Syndicat Mixte Autolib. « Par exemple, nous estimons que d'ici 2023, nous aurons effectué plus de 60 millions de trajets pour un total de 550 millions de kilomètres. Ces trajets produiraient 75 millions de tonnes de dioxyde de carbone si les automobilistes utilisaient des véhicules à moteur thermique plutôt que des véhicules électriques ».

Réduction de 90 % des coûts de transport pour les automobilistes
En réduisant le nombre de véhicules privés, on améliore de différentes façons la qualité de vie. Il est beaucoup moins coûteux de s'abonner à Autolib’ que de posséder et d'entretenir une voiture. Autrement dit, c'est plus d'argent disponible pour les automobilistes. « Du point de vue économique, une solution d'autopartage représente un réel progrès pour un grand nombre de familles », se réjouit Pierre Avril. « À Paris, si l'on possède une voiture, il faut débourser environ 5000 euros par an ; la solution Autolib’ fonctionnant sous Windows Embedded revient à environ 500 euros, soit 90 % moins cher ».

Amélioration de l'expérience des automobilistes
Désormais, les habitants de Paris et de sa région ont plus de choix et bénéficient d'un service plus personnalisé. Grâce à la solution adoptée les automobilistes ont accès à une voiture, et les préférences qu'ils ont définies les suivent partout où ils vont. « Grâce au système intelligent qui fonctionne sous Windows Embedded, nous proposons un service partagé par de nombreuses personnes mais adapté aux préférences de chaque utilisateur », souligne Christophe Arnaud. « Lorsque vous montez dans une voiture Autolib’, elle vous accueille en vous saluant par votre nom et se rappelle les stations de radio et la température que vous aviez choisies lors de votre dernier trajet. Notre grande innovation est d'avoir réussi à donner aux automobilistes le sentiment que la voiture est la leur ».

Mise en œuvre simplifiée
La connectivité renforcée avec différentes technologies simplifie la mise en œuvre et réduit les risques liés au déploiement. Autolib’ peut ainsi continuer d'améliorer sa solution en lui apportant de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux services. D'après Christophe Arnaud, « Avec Windows Embedded, il est facile d'ajouter de nouvelles fonctionnalités : il suffit d'adapter la couche logicielle pour qu'elle puisse communiquer avec de nouvelles applications et de nouveaux appareils mobiles ».

IER se réjouit de pouvoir aider de nouvelles entreprises à réaliser des économies, à réduire les émissions sonores et à améliorer la qualité de l'air. D'une grande souplesse, cette solution construite sur des technologies Microsoft s'adapte à des situations diverses pour les particuliers comme pour les entreprises. Christophe Arnaud déclare : « Nous sommes impatients de mettre en œuvre cette solution intelligente dans de grandes entreprises du monde entier et plus seulement dans des villes ».

Problématique

  • Réduire les embouteillages dans la capitale et proposer des solutions de transport plus souples aux huit millions de personnes qui vivent dans la région
  • Mise en œuvre d'une solution intelligente de partage de véhicules fonctionnant sous Windows Embedded, qui relie les systèmes embarqués aux bornes de location et d'abonnement, aux bornes de recharge et aux applications de gestion

Bénéfices

  • Réduction attendue des émissions de dioxyde de carbone de 75 millions de tonnes d’ici 2023
  • Réduction de 90 % des coûts de transport des automobilistes
  • Amélioration de l'expérience des automobilistes grâce aux paramètres personnalisés
  • Simplification de la mise en œuvre par une connectivité renforcée