L’hôpital Forcilles modernise son infrastructure et réduit ses coûts avec Hyper-V

L’hôpital Forcilles, en Seine-et-Marne, modernise son infrastructure informatique et réduit ses coûts d’exploitation en consolidant ses serveurs avec Hyper-V

Confronté à une infrastructure matérielle et logicielle obsolète, l’hôpital profite du renouvellement de son parc informatique pour consolider ses serveurs. L’établissement de santé opte alors pour Hyper-V dans le cadre de l’accord cadre Uni-H.A., qui prévoit la location avec option d’achat de la quasi-totalité du catalogue des logiciels de Microsoft. Plus souple, plus facile à exploiter et plus économique, la nouvelle infrastructure permet à l’hôpital d’envisager sereinement l’avenir et notamment la mise en place du programme « hôpital numérique » conduit par le ministère de la santé.

Témoignage

Situé au sud du village de Férolles-Attilly en Seine-et-Marne (77), l’hôpital Forcilles est spécialisé dans le traitement des cancers ainsi que des maladies digestives et respiratoires. Créé en 1964, il soigne et accompagne les patients depuis une cinquantaine d’années, mais il vient de traverser une période difficile : placé sous une procédure de sauvegarde en mars 2012 car insolvable, son avenir était plus qu’incertain. La reprise en main, en 2013, par la fondation Cognacq-Jay a toutefois sauvé l’hôpital de la fermeture. « Mais cette situation a forcément eu un impact sur nos activités et notamment au niveau informatique, explique Bruno Chomette, Directeur des systèmes d’informations de l’hôpital. Faute de budget le parc matériel et logiciel n’était pas renouvelé. Nous le maintenions tant bien que mal en état de fonctionnement mais l’obsolescence devenait un problème en termes de risques mais également de coûts ».

Moderniser et rationnaliser l’infrastructure
Dotée de nouveaux moyens après la reprise par la fondation Cognacq-Jay, la direction de l’établissement décide de moderniser l’ensemble de son parc informatique, soit 288 postes de travail et une vingtaine de serveurs hébergeant les applications médicales et administratives. Elle profite également de l’occasion pour rationaliser ses coûts en matériel et s’oriente tout naturellement vers les solutions de virtualisation. Objectif : remplacer les 20 serveurs existants par un nombre moindre afin de réduire le coût global sur les contrats de maintenance.
La Direction des systèmes d’informations (DSI) lance alors trois appels d’offre auprès de fabricants de matériel et compare les solutions de virtualisation des deux principaux acteurs du marché. « Au départ, nous nous envisagions plutôt le concurrent de Microsoft, sans raison précise à part celle de l’antériorité de son offre, reconnait Bruno Chomette. Concrètement, n’étant pas des spécialistes du sujet, nous ne voulions pas prendre de risque. Mais deux facteurs nous ont fait changer d’avis ».

photoforcilles.png
« La virtualisation rend les choses plus simples. Nous avons gagné en souplesse, nous pouvons réagir plus vite et adapter l’environnement à nos besoins »,
Bruno Chomette, DSI

Chaque fabricant a en effet répondu à l’appel d’offre avec un prestataire spécialiste de la virtualisation. C’est avec Isi Expert, SSII spécialisée dans les infrastructures Microsoft, que la DSI va nouer le meilleur contact et rentrer, avec leur accompagnement, dans la démarche de l’Hôpital Numérique. Parallèlement, la DSI découvre l’existence de l’accord cadre Uni-H.A. Conclu entre Microsoft et le réseau coopératif d’achat groupés hospitaliers GCS Uni-H.A., cet accord prévoit la location, avec option d’achat au terme du contrat, de la quasi-totalité du catalogue des logiciels de Microsoft et la garantie de bénéficier de tous les services supports : hot line, maintenance, etc. Objectif : proposer à l’ensemble des établissements de santé publique un support technologique avancé permettant de mutualiser les efforts de maintenance et de modernisation de l’outil informatique tout en maîtrisant les coûts d’investissement sur le long terme.

La virtualisation avec Microsoft Hyper-V
Rassurée par le sérieux d’un prestataire qui a su établir une relation de confiance et les avantages financiers d’un accord cadre lui permettant de renouveler l’intégralité de son parc logiciel, la DSI opte finalement pour la virtualisation sous Hyper-V.

Le projet débute en juin 2013 par la mise en oeuvre du nouvel environnement - deux serveurs Dell hébergeant une vingtaine de machines virtuelles - qui va accueillir les applications métiers de l’hôpital. Dans un second temps, l’établissement profite du contrat cadre pour déployer la messagerie Exchange. Finalisé en octobre, ce second volet a été suivi par la migration progressive des applications existantes vers le nouvel environnement.

Dans les faits, peu de choses sont finalement migrées, l’hôpital profitant de l’occasion pour renouveler l’intégralité de son parc avec des solutions plus modernes : nouvelles versions de logiciels et surtout déploiement d’offres du marché en lieu et place de développements sur mesure. « La nouvelle Direction préférait en effet les solutions standards aux développements internes, d’où cette nouvelle orientation pour une DSI jusqu’alors habituée à concevoir ses propres programmes. En d’autres termes, nous changeons tout ou pratiquement. Le projet est donc colossal pour une équipe informatique aussi réduite que la nôtre, raison pour laquelle il est toujours en cours », précise Bruno Chomette. L’ampleur de la tâche est d’autant plus importante que l’hôpital renouvelle également les 288 postes de travail de ses collaborateurs en parallèle. En raison d’un trop grand nombre de spécificités sur chaque poste, la DSI n’a pas pu industrialiser la procédure. Elle procède dont par packages de 20 postes, qu’elle installe manuellement avant de les déployer dans l’hôpital.

Réduction des coûts, souplesse et fiabilité
Bien que le projet soit encore en cours, Bruno Chomette dresse déjà un bilan très positif : « la virtualisation rend les choses beaucoup plus simples. C’est tellement plus facile et rapide de monter une machine virtuelle que d’installer un serveur physique ! Résultat, nous avons gagné en souplesse, nous pouvons réagir plus vite et adapter très aisément l’environnement à nos besoins ».

Côté financier, le DSI estime que la solution de Microsoft a coûté deux fois moins cher, grâce notamment à l’accord cadre. Et la consolidation des serveurs physiques a aussi permis de réduire de façon considérable le coût des contrats de maintenance sur le matériel. Enfin, l’hôpital dispose aujourd’hui d’un socle fiable et suffisamment moderne pour pouvoir s’engager dans la mutation induite par le programme « hôpital numérique », plan de développement et de modernisation des systèmes d’informations hospitaliers conduit par le ministère chargé de la santé.

Problématique

  • Moderniser l’infrastructure informatique
  • Rationaliser les coûts grâce à la consolidation des serveurs physiques en serveurs virtuels
  • Disposer d’une infrastructure adaptée aux enjeux de l’hôpital numérique

Bénéfices

  • La réduction des coûts matériels
  • Une solution économique grâce au contrat cadre
  • La souplesse de la virtualisation
  • La simplicité de maintenance et d’exploitation

Consulter les autres témoignages

Par secteur d'activité

Par thème

Par produit

Par effectif de l'entreprise