Le CHU de Rennes virtualise ses serveurs, allège et fiabilise son SI

Le CHU de Rennes a virtualisé 40 serveurs pour prévenir l’intégration massive de nouvelles applications métier et fiabiliser le système d’information.

Témoignage

«La solution Microsoft Virtual Server 2005 R2 a permis de diviser par six notre parc machine et réduire les tâches d'administration et de maintenance, les coûts d'exploitation, les achats de matériel et de licences serveur. Des atouts critiques face aux nouveaux défis du CHU : l'intégration massive de nouvelles applications métier et le programme 2007 d'engagement sur la continuité de service» rappelle Cédric Cartau, Responsable systèmes au sein du CHU de Rennes.

Les centres hospitaliers universitaires représentent le tiers de l'hospitalisation publique française et sont les seuls établissements à prendre en charge toutes les pathologies. Les missions des CHU, à savoir les soins, l’enseignement et la recherche, s’étendent désormais à l'éducation sanitaire et à la prévention. Avec une capacité de 2 000 lits, le centre hospitalier de Rennes accueille en moyenne 1 530 personnes quotidiennement. Premier centre français pour la transplantation hépatique, il dénombre 7 371 salariés et 1 079 étudiants au sein des instituts de formation.
En 2004, le centre hospitalier universitaire (CHU) de Rennes a initié un programme de modernisation de son patrimoine immobilier. Ce projet s’étend sur plusieurs années et prévoit notamment la destruction du bâtiment informatique vieillissant courant 2005. Le déménagement de la salle machine qui regroupe les 100 serveurs Windows applicatifs de l’hôpital se heurte à un obstacle majeur : la vétusté de certaines machines condamne en effet tout déplacement. Pour contourner ce problème, le CHU décide de virtualiser une partie de son parc serveur (40). Une technologie multifacette dont l’intérêt ne se limite pas au seul déménagement.

Problématique

En virtualisant 40 des 100 serveurs applicatifs Windows via l’outil Microsoft Virtual Server 2005 R2, le CHU de Rennes cherchait à réduire ses contraintes d’administration, de maintenance, et à  fiabiliser son infrastructure technique, constituée de 100 serveurs applicatifs. Par ailleurs, la migration devait permettre d’anticiper l’intégration massive de nouvelles applications métier et garantir leur disponibilité 24h/24 et 7j/7.  

Bénéfices

Avec une réduction de 80 % de son infrastructure technique, le CHU voit ses coûts d’administration et de maintenance diminuer, ainsi que les coûts d’exploitation, des achats de matériel et des licences serveur. La continuité de service des applications critiques de l’hôpital est assurée de manière permanente et le département système peut désormais consacrer une partie importante de son temps à l’évolution du système d’information.  

Consulter les autres témoignages

Par secteur d'activité

Par thème

Par produit

Par effectif de l'entreprise