Afrique Iles de l'Océan Indien Microsoft accompagne La Réunion dans le Cloud
Microsoft accompagne La Réunion dans le Cloud
mardi, novembre 08, 2011
Port Louis, Ile Maurice, Iles de l'Océan Indien

Microsoft participera activement au processus de migration des entreprises réunionnaises vers le Cloud Computing, en apportant notamment son soutien technologique au datacenter de Stor Solutions, co-financé par la Région Réunion en partenariat avec l’Europe. Le principe du Cloud Computing comprend l’hébergement des applications ou des données dans des serveurs extérieurs gérés par un tiers. Avec son datacenter, Stor Solutions met désormais à disposition des services informatiques performants et sécurisés, à la demande, et à un coût très inférieur à celui encouru actuellement par les entreprises. Orange Business Solutions (OBS), autre partenaire de Microsoft, propose de son côté l’accès aux applications professionnelles et à l’infrastructure « IT as a Service », avec des garanties sur les niveaux de service.

Stor Solutions a investi 382 200 euros dans ce projet dont le montant global s’élève à 818 000 euros. La Région Réunion y a participé à hauteur de 150 800 euros et le Feder a octroyé 229 000 euros. Ce dispositif devrait renforcer davantage la contribution du secteur des TIC à l’économie réunionnaise et pourrait rendre ce secteur plus attractif aux investisseurs étrangers qui envisagent d’utiliser La Réunion comme une plateforme géopolitique stable pour déployer leurs opérations sur le continent africain. C’est un scénario tout à fait plausible, estime Michel Cordani, responsable aujourd’hui du développement et de la promotion du Cloud Computing de Microsoft pour l’ensemble du continent africain.

« Le Cloud Computing constitue un atout certain pour les entreprises qui n’auront plus besoin de recourir aux modèles classiques qui leur imposaient des contraintes de temps et de budget à leur installation. Dans le nouveau cas de figure, il ne leur sera plus nécessaire d’attendre l’achat et l’installation de l’infrastructure et de logiciels qui imposent autant de délais à la commercialisation des services et qui ont un impact sur le coût initial de l’installation ainsi que sur le retour sur les investissements », explique Michel Cordani. Les entreprises ayant recours au Cloud pourront donc puiser directement des ressources des hébergeurs et payer uniquement le coût correspondant à l’usage de ces ressources. Du coup, même les PME peuvent y trouver les solutions utilisées par les grandes corporations puisque les formules d’abonnement aux services, ainsi que le fait de ne pas avoir à recourir à des compétences informatiques, rendent les coûts plus abordables.

Un concept révolutionnaire

« Très concrètement, avec le Cloud, vous avez la possibilité d’utiliser la puissance d’un millier de serveurs pour une heure, par exemple ! Imaginez aussi que vous ayez besoin d’applications ou de programmes puissants ; vous devez normalement les acheter et les installer. Avec le Cloud, vous disposez d’une alternative : vous pouvez faire le choix de ne rien installer, de ne pas avoir de frais de maintenance et de payer que ce que vous consommez », explique Michel Cordani. Microsoft considère, en effet, que les services du Cloud doivent être consommables n’importe où et à partir de n’importe quel terminal, qu’il s’agisse de votre PC, de votre ordinateur portable ou de votre smartphone.

Des entreprises de différentes tailles, ainsi que des individus, utilisent le Cloud de trois manières significatives aujourd’hui :

L’offre Cloud Microsoft à La Réunion

Il existe fondamentalement deux types de Cloud, le Cloud privé et le Cloud public. Ce dernier est externe à l’organisation, opéré par un prestataire externe propriétaire des infrastructures, qui fournit des services informatique via internet à ses clients. Le Cloud privé appartient à une seule et même entreprise ou à un gouvernement. Parfois, les serveurs sont placés chez un tiers qui peut même en assurer la maintenance (outsourcing). L’approche de Microsoft est de laisser le client libre de son choix en fonction de son contexte et contraintes, ce qui fait que le plus souvent une solution hybride est retenue.

L’offre de Cloud public Microsoft pour les entreprises à La Réunion s’appuie sur les infrastructures de Stor Solutions, son partenaire hébergeur qui a investi dans un centre de données industriel hautement sécurisé. Stor Solutions proposera des services conçus sur les technologies Microsoft Exchange Server 2010 et Sharepoint 2010 ainsi que des services d’infrastructure à la demande (IaaS – Infrastructure as a Service).

Orange est aussi l’un des partenaires stratégiques de Microsoft pour la distribution de ses applications en ligne et propose des services de Cloud Computing dans le monde entier depuis presque dix ans. A la Réunion, Orange Business Solutions (OBS) propose un guichet unique qui intègre ses prestations et celles de ses partenaires. OBS facilite l’accès de ses clients aux applications professionnelles et à l’infrastructure « IT as a Service » dont ils ont besoin, avec des garanties sur les niveaux de service (SLA).

Enfin il ne faut pas oublier que les services Windows Live (Hotmail, Skydrive, Mesh, …) sont gratuits pour tous les Réunionnais, depuis n’importe quel ordinateur ou terminal mobile connecté à Internet. Les utilisateurs de Windows peuvent aussi télécharger et utiliser gratuitement la suite logicielle Live Essentials qui offre des possibilités additionnelles comme la messagerie instantanée intégrée à Facebook et autres réseaux sociaux, une application pour gérer tous vos comptes mails, la gestion et la retouche d’images et de vidéos ainsi que la protection des enfants sur internet. Cf. http://explore.live.com.

  1. En procédant à la migration des données, des applications, des plateformes ou des services vers le Cloud.
    • La démarche facilite l’accès à l’innovation et les utilisateurs se retrouvent avec les nouvelles versions de logiciels que les hébergeurs mettent à disposition.
  2. En utilisant le Cloud comme une ressource additionnelle de traitement ou de stockage informatique selon les besoins.
    • Idéal, par exemple, pour la gestion de pics d’activités où il est notamment possible de faire provision pour des services ou des applications supplémentaires.
    • L’usage de services additionnels ne nécessitant pas d’investissements supplémentaires dans l’infrastructure ou dans les logiciels, l’entreprise ou l’usager peut réaliser des économies substantielles.
    • Une gestion plus rationnelle des ressources humaines. Les services Cloud étant fortement automatisés et flexibles, la gestion des pics d’activités ne requiert pas le support d’un effectif supplémentaire – qui serait, en outre, sous-utilisé en temps normal.
  3. En partageant ou en hébergeant ses données et applications.
    • L’accès aux informations et aux données importantes à partir de supports variés permet une plus grande mobilité et le travail collaboratif.
    • Le travail collaboratif entre collègues, partenaires et clients s’en trouve amélioré.

Michel Cordani fait remarquer que le Cloud Computing fait l’objet d’une considération accrue ces derniers temps. En effet, l’adoption s’accélère suite aux investissements massifs des principaux acteurs, ainsi que grâce à la maturité des technologies logicielles, matérielles et aux capacités d’internet. Mais, souligne-t-il, cela fait une quinzaine d’années déjà que Microsoft opère des services Cloud. C’est le cas notamment de Microsoft Windows Live (messagerie Hotmail, disque dur virtuel Skydrive, contrôle parental, …) ainsi que du service Microsoft Windows Update, auxquels des millions d’utilisateurs et d’entreprises accèdent sans se préoccuper de l’endroit où se situent les serveurs qui gèrent ces données.

La migration vers le Cloud

Une réflexion stratégique globale préalable sur le système d’information et les besoins de l’entreprise est nécessaire pour bien réussir sa migration vers le Cloud. De nombreux aspects entrent en jeu : l’existant informatique, les opportunités offertes par le Cloud allant jusqu’à de nouveaux modèles de business, le redéploiement et la montée en compétence des ingénieurs, les normes de sécurité, la confidentialité des données, la gestion des risques, le contrat de services avec le fournisseur, etc. A ce niveau de transformation, c’est l’ensemble du conseil de direction qui est concerné.

La migration vers le Cloud n’est donc pas seulement l’affaire des responsables informatiques de l’entreprise, même si ceux-ci ont bien entendu un rôle clé dans le processus. « Il y a des questions qui relèvent de la gouvernance de l’entreprise. Il faut savoir, par exemple, que la migration vers le Cloud aura une incidence sur le bilan comptable de l’entreprise ; une incidence positive certes, mais qu’il convient d’anticiper et de pouvoir expliquer aux actionnaires », déclare Thierry Coret, directeur marketing de Microsoft Océan Indien. Il explique notamment que les coûts liés à l’achat du matériel informatique sont normalement comptabilisés comme des dépenses en capital (CAPEX – Dépenses sur le Capital), faisant l’objet d’une dépréciation. A l’opposé, les dépenses encourues avec une migration vers le Cloud sont comptabilisés à l’ordre des dépenses opérationnelles (OPEX – Dépenses opérationnelles).

« Le modèle historique de Microsoft est un modèle indirect et nous souhaitons continuer à servir nos clients avec le concours de tous nos partenaires, distributeurs, intégrateurs, développeurs d’application, hébergeurs. Nous encourageons nos partenaires à monter en compétences rapidement sur les technologies Cloud. Dans le monde Microsoft, l’accent est mis sur le concept de « Dynamic datacenter », qui permet de mettre en œuvre un Cloud privé ou un Cloud hybride. Il s’agit des technologies de virtualisation avec Windows Server Hyper-V, mais il n’y a pas de véritable Cloud dans le datacenter sans mise en œuvre maîtrisée des outils de management des infrastructures tels que System Center », résume Thierry Coret.

D’après Gartner, d’ici fin 2012, 80% des 1 000 premières entreprises mondiales utiliseront des services Cloud et 20% s’appuieront entièrement sur eux. « Il s’agit d’une transformation fondamentale de l’industrie informatique, qui va s’étaler sur une longue période. Les enjeux et les opportunités sont très intéressants pour tous nos clients et partenaires », souligne Michel Cordani.

Recherche d'un communiqué de presse
Type
Lieu

Année
Mois
Go