Témoignages: Manuport Group

» Home | Logiciels légaux | Témoignages | Manuport Group

Le groupe Manuport facture des frais de licence, grâce à la gestion de logiciels

Manuport Group

Sur les conseils de son fournisseur informatique, LogSys, le groupe Manuport a fait appel à un conseiller indépendant pour évaluer les investissements en matière de logiciels. Ce faisant, l'entreprise met en pratique une gestion de la qualité ainsi que l'éthique d'entreprise. La société portuaire d'envergure internationale et d'origine anversoise est leader du marché dans le segment de l'entreposage et du traitement des marchandises pondéreuses sèches.


Le groupe Manuport se concentre fortement sur ses activités principales et sous-traite l'ensemble de sa gestion informatique à LogSys.

Cette société est spécialisée dans les solutions informatiques destinées au secteur logistique. La gestion n'est pas une mince affaire, vu que, après plusieurs années de fusion, le groupe Manuport compte actuellement neuf filiales dans différents ports en Belgique et à l'étranger. Celles-ci emploient 500 employés et autant d'ouvriers qui relèvent de différents statuts. "Dans la pratique, nous accomplissons toutes les tâches d'un département informatique pour le groupe Manuport. Etant donné que notre client accorde beaucoup d'importance aux logiciels au niveau de la gestion d'entreprise, il souhaite participer au processus décisionnel. C'est la raison pour laquelle, toutes les deux semaines, j'ai une réunion avec Marcel Genadry, directeur financier de Manuport", déclare Ivan Dresselaers, Managing Director de LogSys.

Evaluer la gestion de logiciels

Dans une grande entreprise, la gestion de logiciels n'est pas une sinécure. Lorsque LogSys a découvert le concept de Software Asset Management (SAM) pour une amélioration de la gestion des investissements en termes de logiciels, il a proposé à Manuport de faire évaluer les systèmes et processus existants par un consultant indépendant.

Marcel Genadry, directeur financier: "Pour Manuport, 'Corporate Governance' n'est pas un terme creux à la mode. Nous sommes une entreprise Seveso et quelques sociétés du groupe sont certifiées ISO. Nous avons donc l'habitude de suivre des procédures strictes dans différents domaines. Et malgré - ou peut-être justement grâce à - la complexité de la structure du groupe, nous voulons offrir un maximum de transparence au conseil d'administration et aux actionnaires. Une évaluation en bonne et due forme de l'utilisation de logiciels cadre dans cette optique."

L'évaluation est synonyme d'économie

Dans la pratique, le groupe Manuport gère les licences de logiciels pour l'ensemble du groupe. Les frais de licence et d'entretien ainsi que les mises à jour sont facturés aux filiales. Ivan Dresselaers : "Au début de l'exercice SAM, nous avons demandé à chaque entité de nous fournir des informations sur les licences éventuelles achetées dans le passé. Nous connaissions déjà les licences achetées de façon centrale. A l'aide d'un outil d'inventorisation, nous avons pu répertorier 350 ordinateurs et serveurs."

L'analyse a démontré que Manuport disposait de suffisamment de licences de logiciels. Le projet SAM a en même temps révélé que le système de gestion central pour l'infrastructure informatique n'était pas suffisamment impliqué dans le suivi de l'utilisation de logiciels. On a également découvert que les coûts liés à l'informatique n'étaient pas facturés tout à fait correctement aux différentes entités du groupe.

Ivan Dresselaers s'exprime sur cet aspect : "Jusqu'à présent, nous facturions aux filiales des frais moyens de matériel et de logiciels, par ordinateur. Aujourd'hui, nous sommes en mesure d'établir un calcul plus détaillé et de conscientiser, grâce à cela, davantage chaque département, en ce qui concerne l'utilisation de logiciels."

"Nos entreprises sont fortement informatisées et les frais de logiciels sont importants. Il s'agit là de deux bonnes raisons pour installer une bonne gestion de logiciels. Le standard ISO pour le Software Asset Management, attendu prochainement, sera pour nous un bon fil conducteur", déclare Marcel Genadry.