Publiceret: 12/9/2013
Visninger: 38
Bedøm casen:

ACV A la CSC, la plate-forme Microsoft rivalise de stabilité avec l ancien mainframe

Pays: Belgique
Secteur: prestation de services

Défi
L’automatisation croissante de ses tâches, notamment par le biais d’échanges électroniques de données, exigeait de la CSC qu’elle revoit son mode de travail et ses applications informatiques. Le mainframe, connu pour sa stabilité, devait faire place à une plate-forme ouverte tout aussi stable.

Solution
Pour standardiser l’ensemble de son informatique, la CSC a fait appel à des produits Microsoft. Leur degré d’intégration et leur pré-configuration en font une architecture complète. De quoi garantir une infrastructure stable, relativement aisée à maintenir.

Avantages
  • Grande stabilité des logiciels
  • Disponibilité suffisante de spécialistes .NET, à des tarifs abordables
  • Peu d’intégration logicielle nécessaire
  • Gestion sur des serveurs standard économiques
A la CSC, la plate-forme Microsoft rivalise de stabilité avec l’ancien mainframe
 « L’informatisation de la sécurité sociale et les échanges croissants de données électroniques nous ont forcés à modifier nos méthodes de travail », déclare Johan Vandewalle, directeur informatique adjoint auprès de la Confédération des Syndicats Chrétiens (CSC). « Nous avons dû modifier l’organisation à la fois de nos collaborateurs et de nos systèmes. La nouvelle méthode de travail impliquait notamment une mise à jour radicale de notre application de paiement des allocations de chômage. »

La CSC a décidé de réécrire complètement cette application. Ce qui impliquait également la disparition du mainframe. « Nous avons travaillé plus de 30 ans avec des mainframes très stables. Il avait été décidé de les remplacer par une plate-forme Microsoft en .NET, une solution qui a fait son apparition sur le marché voici une dizaine d’années. SQL Server et BizTalk Server étaient appelés à devenir les principaux éléments constitutifs de la solution. Nous avons soigneusement soupesé cette décision. Notamment parce qu’une panne peut avoir de sérieuses conséquences. Le paiement des allocations de chômage ne souffre d’aucune anicroche », déclare Philippe Fivet, directeur IT à la CSC.

Un million de lignes de code
La CSC a initié le projet Horizon en collaboration avec Microsoft, AE, Cronos et Unisys. « Il s’agissait d’un projet de type big bang », explique Johan Vandewalle. « Des dizaines de milliers de jour/homme allaient être monopolisés par le développement, le transfert de connaissances et la migration. En fait, se lancer dans un projet d’une telle ampleur est chose impossible, tant les implications sont difficiles à définir. Nous nous sommes pourtant lancés parce qu’une analyse avait démontré qu’il était impossible de scinder le chantier en sous-projets. L’application Horizon se compose d’un million de lignes de code, écrites en C# selon la méthode SCRUM. Nous n’avions d’ailleurs guère le choix dans la mesure où un mainframe traditionnel n’a plus réellement sa place dans la société d’aujourd’hui, avec ses échanges automatisés de données de plus en plus poussés. Par ailleurs, il n’est pas aisé d’encore trouver des gens aptes à assurer la maintenance de mainframes. »

Le fait d’abandonner un mainframe ne signifie pas pour autant évoluer nécessairement vers un environnement Microsoft. C’est pourtant l’opinion de Johan Vandewalle : « Nous sommes une organisation sociale et nous devons trouver, à des tarifs abordables, des collaborateurs qui soient à même de supporter nos systèmes. C’est chose plus aisée avec Microsoft. Le choix de ce fournisseur permet en outre de tirer parti d’une architecture logicielle complète. Nul besoin d’assembler vous-même les divers éléments et de chercher à réunir toute une série de spécialistes afin de mettre en oeuvre une plate-forme logicielle stable et opérationnelle. »

« Une série de nouvelles versions des produits Microsoft nous ont particulièrement convaincu d’avoir fait le bon choix », déclare Philippe Fivet. « L’évolution qu’a connue Visual Studio avec Team Foundation Server représente une réelle avancée. SQL Server, lui aussi, est un produit très stable. Il gère actuellement 90 de nos applications. Par ailleurs, l’intégration entre les différents produits de
Microsoft ne cesse de s’améliorer. Des logiciels libres sont certes bien meilleur marché en termes de licences mais nous compensons largement le coût supplémentaire par des économies d’effectifs et en réduisant de manière significative la charge d’intégration. »

Un environnement stable ne s’improvise pas
Afin de garantir la bonne marche du projet Horizon et de former l’ensemble des effectifs, la migration s’est étalée sur une période de deux ans. Le mainframe a été maintenu en opérations tout au long de cette période de telle sorte que les collaborateurs puissent migrer progressivement vers les nouveaux logiciels. « Nous sommes l’un des premiers organismes sociaux à avoir abandonné ses vieux systèmes. La réalisation d’applications aussi complexes ne pouvait dès lors s’appuyer que sur une expérience fort limitée dans notre secteur », souligne Johan Vandewalle. « Le comité de pilotage du projet, constitué en collaboration avec nos partenaires, a su encadrer le projet et donner naissance à un environnement aussi stable que celui que garantissait l’ancien mainframe. Les outils logiciels, tels le Microsoft System Center Operations Manager, jouent eux aussi un rôle important à cet égard. »

La CSC désire offrir, pour l’ensemble de ses nouvelles applications, la même garantie de qualité que par le passé. Horizon fut le premier projet logiciel, et le plus important, mais il est loin d’être le seul qui implique un exercice de migration. En conséquence, le processus de documentation des connaissances, la définition de bonnes pratiques et de normes fut un exercice de longue haleine. « Lorsque vous faites quelque chose, vous devez bien le faire. Compte tenu du fait que nous avons réécrit nos processus métier et l’architecture technologique, le projet de migration a sans doute duré plus longtemps que prévu. Mais seule compte la stabilité du résultat final », insiste Johan Vandewalle.

Après avoir finalisé la phase d’analyse, la CSC s’est mise en quête d’un environnement adéquat pouvant héberger les logiciels. « Nous avons d’emblée cherché à nous procurer les systèmes les plus fiables qui soient sur le marché. Pour ne prendre aucun risque, nous avons opté pour des serveurs basés sur des processeurs Intel Itanium. Nous utilisons désormais du matériel Dell et Fujitsu doté de
processeurs multi-coeurs standard », détaille Johan Vandewalle. « Auparavant, nous avions fait valider le concept chez Fujitsu, en Allemagne, et ce, afin de nous assurer des capacités de montée en charge de SQL Server, de vérifier si les basculements automatiques (failover) opéraient correctement, comment les serveurs réagiraient aux lourds traitements différés nocturnes, et si le verrouillage des données de SQL Server ne poserait pas de problèmes. »

Un changement de culture source de satisfaction
« Le processus de changement, lui aussi, fut un véritable défi », relate Johan Vandewalle. « Il a exigé des collaborateurs une modification profonde de leur méthode de travail. Par contre, la convivialité du système et les nouveaux potentiels générés- par exemple, des écrans d’aide particulièrement détaillés- suscitent chez eux une grande satisfaction, dès l’instant où ils en tirent profit. Nous sommes par ailleurs en mesure de consulter beaucoup plus aisément des données venant du monde extérieur. Les dossiers sont désormais plus complets. »

Horizon exige une plus longue préparation initiale d’un dossier de chômage mais le tout peut s’effectuer en une seule opération et le nombre d’erreurs a diminué. Cela a pour effet d’améliorer la satisfaction des chômeurs. Ils ont en outre la possibilité de consulter leur dossier en-ligne. Par le passé, ils devaient souvent se présenter plusieurs fois au guichet pour fournir des informations complémentaires. De telles situations ont aujourd’hui quasiment disparu.

Une législation en constante évolution
« Que ce soit pour la gestion documentaire ou pour les paiements d’allocations, l’informatique ne cesse de gagner en importance dans notre secteur. La législation, elle aussi, évolue régulièrement. Nous devons pouvoir nous y adapter immédiatement. Notre équipe a été spécifiquement formée afin de réagir rapidement à toutes les situations. Les chômeurs rentrent leurs données vers la fin du mois mais nous devons être en mesure de garantir que leurs allocations soient bel et bien arrivées sur le compte le premier jour ouvrable du mois », conclut Johan Vandewalle.
Løsningen - kort fortalt



Organisations størrelse
3700 medarbejdere

Organisationsprofil
La Confédération des Syndicats Chrétiens (CSC)/Algemeen Christelijk Vakverbond (ACV) est un organisme syndical qui regroupe 1,7 million de membres. La CSC/ACV est le principal syndicat de Flandre et de Wallonie.

Situationen
Need of automatisation

Løsningen
Microsoft SQL Server

Fordele
Very stabile software, little software integration, payable

Software & Services
Microsoft SQL Server 2012

Industri(er)
Membership Organizations

Land
Belgium

Forretningsbehov
Cloud & Server Platform

Udfordringen
Cloud Services

Languages
French

Partner(e)
Microsoft Belgium