Professionnel   19/12/2012

L’OCDE vise le modèle « Bring-Your-Own-Device » avec Windows Server 2012

Issy-les-Moulineaux, le 19 décembre 2012 – L’OCDE, l’Organisation internationale de Coopération et de Développement Économiques, adopte Windows Server 2012 pour améliorer l’utilisation de ses bureaux distants et, à terme, permettre à ses 2 700 collaborateurs d’utiliser leurs appareils mobiles personnels pour se connecter où qu’ils soient, aux ressources de l’organisation et gagner ainsi en efficacité. L’OCDE s’est appuyée sur les équipes de Microsoft Services pour la mise en place d’un projet pilote des Services de Bureau à distance de Windows Server 2012 auprès d’une trentaine de développeurs internes, basés sur trois sites différents. Des collaborateurs parmi les plus exigeants en termes de performances, de bande-passante et d’accès aux données de l’entreprise.

« Notre projet « Bring-Your-Own-Device » est d’abord né d’une analyse des avantages d’une migration vers Windows 7, puis d’une mise à niveau de notre infrastructure serveur capable d’offrir un accès à distance sécurisé depuis n’importe quel appareil », explique Marius Fodoreanu, architecte systèmes, à l’OCDE. « Dans le cadre du Programme de déploiement anticipé de Microsoft pour Windows Server 2012, nous avons découvert les améliorations apportées aux services Bureau à distance. Qu’il s’agisse de scénarios de déploiement ou d’une expérience Windows uniforme sur tous nos équipements, les gains en termes de performances, de flexibilité, d’administration et de sécurité sont indéniables ».
  ocde.png

« L’OCDE a pu tester Windows Server 2012 en avance de phase sur un scenario spécifique lié à la mobilité en entreprise (architectures VDI, gestion des périphériques mobiles….). L’ambition du projet de l’OCDE et la grande satisfaction des équipes témoignent de la qualité et de la pertinence de notre nouveau système d’exploitation pour Serveurs » confie Jérôme Trédan, directeur des Produits Serveurs et Plateformes de Cloud Computing chez Microsoft France. « A l’instar de l’OCDE, nos clients peuvent capitaliser sur leurs compétences et leurs investissements existants dans l’administration de systèmes, le développement d’applications, la gestion d’identité et le contrôle d’accès ou encore la virtualisation pour profiter des nouvelles possibilités offertes par Windows Server 2012. »
 
Phase 1 : des fondations solides pour mieux imaginer l’avenir
Depuis une vingtaine d’années, l’OCDE harmonise son environnement autour de technologies Microsoft. En même temps que la mise à niveau programmée vers le système d’exploitation Windows 7, l’organisation a souhaité étendre l’exploitation de l’infrastructure VDI (Virtual Desktop Infrastructure) pour faciliter la gestion informatique, renforcer la sécurité et donner davantage de souplesse à ses collaborateurs. Windows 7 dispose de plusieurs fonctionnalités qui facilitent la migration vers un environnement VDI, notamment des temps de démarrage plus courts et une connectivité réseau renforcée. Pour les responsables informatiques de l’OCDE, l’adoption de la technologie VDI est donc un moyen d’adopter le modèle « BYOD » et de faciliter ainsi le transfert d’applications métier sur des appareils grand public, tout en continuant de garantir la sécurité des données.
 
Phase 2 : Un déploiement pilote pour les développeurs de l’OCDE
La direction de l’OCDE souhaitait mettre en place et évaluer un projet pilote portant sur le déploiement de bureaux virtuels. Plus exactement, elle recherchait une plateforme serveur qui permette un accès souple et contrôlé aux environnements de travail virtualisés où qu’ils soient. La première concrétisation a été la mise en place d’un déploiement à grande échelle d’ordinateurs virtuels Windows 7 pour les développeurs d’applications opérant sur trois sites différents.
« Nos développeurs répondaient à un ensemble de critères majeurs pour l’évaluation des avantages d’un déploiement VDI », explique Marius Fodoreanu, architecte systèmes à l’OCDE. « Ils ont des exigences spécifiques en termes de performances dans la mesure où ils créent, exécutent et testent des applications. De plus, nombre d’entre eux travaillent sur des sites distants et ont besoin d’une bande passante différente selon l’heure de la journée. Le nombre d’ordinateurs utilisés par nos développeurs nous oblige également à centraliser la gestion des accès à ces ordinateurs pour garantir la conformité règlementaire. »
Avec Windows Server 2012 et dans le cas d’une infrastructure de bureau virtuel, l’OCDE pouvait opter pour le déploiement de PC virtualisés individuels ou de pools. Depuis sa console d’administration unique, l’organisation a déployé une soixantaine de bureaux virtuels individuels. Du fait du besoin des développeurs d’administrer leur propre ordinateur virtuel, et compte-tenu d’un élargissement anticipé du déploiement VDI, l’OCDE a retenu l’option de pools d’ordinateurs virtuels.
 
Phase 3 : Des bénéfices déjà concrets
L’adoption de Windows Server 2012 donne déjà satisfaction à l’OCDE. L’organisation peut déployer plus facilement une infrastructure VDI et administrer cet environnement de façon centralisée pour garantir la conformité aux normes de sécurité. De plus, grâce à la diversité des options de déploiement prises en charge, elle peut déployer Windows 7 et uniformiser son environnement de bureau tout en continuant de fournir aux utilisateurs, porteurs d’exigences spécifiques, une expérience informatique enrichie et personnalisée.
« La possibilité d’utiliser conjointement l’interface des Services de Bureau à distance de Server Manager et Windows PowerShell apporte une puissance remarquable », explique Marius Fodoreanu. « Elle permet à nos administrateurs de déployer rapidement les composants VDI et de simplifier la gestion quotidienne de notre environnement. »
Parmi les principaux bénéfices de Windows Server 2012 soulignés par l’OCDE :

  • Déploiement et administration simplifiés : Les outils Windows Server 2012 dotés d’un assistant et accessibles depuis une même console d’administration facilitent le déploiement et la gestion des composants des Services de Bureau à distance sur différents serveurs. Depuis l’interface centralisée, l’équipe informatique peut créer des groupes de bureaux virtuels ou de sessions, déployer et corriger des images et gérer les utilisateurs. Elle peut aussi utiliser Windows PowerShell pour automatiser une grande partie des tâches et des processus associés à la gestion d’un environnement VDI.
  • Accès à distance rapide et amélioration des performances applicatives :Microsoft RemoteFX de Windows Server 2012 permet notamment d’accélérer le traitement graphique pour offrir aux utilisateurs une expérience plus homogène. L’équipe du projet a notamment testé la capacité à rendre, sur une connexion WAN, divers formats multimédias enrichis, parmi lesquels la vidéo haute définition. Il suffit maintenant de 30 secondes environ aux développeurs pour établir une connexion d’accès à distance aux ressources du réseau. Par ailleurs, l’organisation peut également virtualiser sur des serveurs Hyper-V, les charges de travail utilisant de gros volumes de données, notamment les applications de calcul les plus performantes.
  • Expérience multi-devices sans compromis : L’OCDE exploite déjà les fonctions améliorées de VDI de Windows Server 2012 pour garantir à ses collaborateurs, quel que soit l’endroit où ils travaillent, une expérience informatique plus riche. L’organisation évalue maintenant la possibilité pour les employés d’accéder à leurs applications et à leurs données à partir d’un plus grand nombre d’appareils, tout en facilitant la gestion des profils personnalisés pour renforcer la productivité des utilisateurs.

 
Le futur déjà anticipé
Au cours des prochains mois, l’OCDE prévoit d’étendre les bureaux virtuels à un total de 100 employés sur des appareils divers, notamment des tablettes fonctionnant sous Windows 8. Tout en déployant des pools d’ordinateurs virtuels, l’équipe informatique compte utiliser la fonctionnalité Disque de profil utilisateur de Windows Server 2012 pour enregistrer les paramètres personnalisés des collaborateurs et les données du cache d’application sur un disque dur virtuel conservé dans un emplacement de stockage centralisé. De cette façon, toutes les modifications apportées au profil d’un employé seront prises en compte dès la connexion suivante, quel que soit l’appareil utilisé.
 

twitter.jpg

hub.jpg

ms.jpg

Documents relatifs

  • Plongez dans l’ère de l’OS Cloud avec Windows Server 2012 !

    Lire la suite
  • Michel et Augustin : la recette d’un Cloud réussi mitonnée par Microsoft et ColibriWithUs

    Lire la suite

Contacts presse

Microsoft
Anne-Claire Dhennin
annecd@microsoft.com


Agence Hopscotch
Juliette Guillaume
Téléphone : 01 58 65 00 37
jguillaume@hopscotch.fr