Foire aux questions sur l'open source et l'intéropérabilité

Open source

Q : Quel est le point de vue de Microsoft concernant l’Open Source ?

R : Pour Microsoft, l’Open Source n’est certainement pas superficiel dans le secteur informatique. Ca n’est pas non plus une formule magique. Microsoft est en concurrence contre d’autres offres logicielles, pas contre des modèles économiques. Le futur du logiciel et de l’informatique ne sera pas dominé par un seul modèle de développement, pas plus qu’il ne peut émaner exclusivement d’une démarche gouvernementale, privée ou communautaire.

Q : Quelle est la stratégie Open Source de Microsoft ?

R : Avant tout, Microsoft veut conserver la position pragmatique qui la motive depuis les origines. Ainsi, c’est au regard de la communauté Open Source que Microsoft a compris l’importance d’une plus grande collaboration et d’une plus grande transparence dans la relation avec ses clients. Cette ouverture est aussi synonyme d’innovation, autre concept fort pour Microsoft : en adoptant une approche orientée Open Source (codes, applications), Microsoft donne aux développeurs la possibilité de mieux connaître ses produits et de choisir librement leur démarche de création. Toutefois, Microsoft ne veut pas exclure de son offre les garanties essentielles attendues par ses clients. Garantie de maîtrise de la propriété intellectuelle des programmes, ou encore garantie de stabilité des logiciels et des niveaux de services qui leur sont associés. C’est pourquoi Microsoft privilégie la notion d’Open Source Commercial, qui s’impose aujourd’hui chez de nombreux autres éditeurs.

Q : Cette stratégie est-elle nouvelle ?

R : Si l’on en juge par les éléments d’information suivants, on comprend que Microsoft participe depuis longtemps déjà à la proposition de choix pour les utilisateurs et les développeurs. 80 000 applications Open Source ont été développées sur plate-forme Microsoft. Elles sont accessibles sur Sourforge.net et CodePlex.com Microsoft travaille avec un grand nombre de sociétés promotrices de l’Open Source. En voici quelques-unes : SugarCRM, MySQL, Novell, JBoss, Zend, XenSource, Sun Microsystems, Mozilla, Aras, SpikeSource, and Xorp.

Q : Quelles sont les licences proposées par Microsoft ?

R : Dans le cadre de l’initiative Shared Source, Microsoft met à disposition le code de ses produits à ses partenaires, aux développeurs ou à la communauté Open Source selon 3 types de licences :

  • MS Reference Source License (Ms-RSL) : Licence restrictive réservée à la consultation du code.
  • MS Public License (MS-PL) : Licence permettant la consultation, la modification et la redistribution du code source dans un but commercial ou non.
  • MS Reciprocal License (MS-RL) : Fondée sur l'acte de distribution, la licence Ms-RL vise à appliquer les termes de réciprocité de façon commercialement raisonnable, et à informer clairement les développeurs sur les conditions d'application de ces termes.

A noter : les deux dernières licences ont reçu l’approbation de l’OSI.

Q : Où peut-on obtenir le code source ?

R : Plusieurs sites web accueillent le code source que Microsoft met à disposition, retrouvez-les ici.

Haut de page

Intéropérabilité

Q. En quoi consistent les actions de Microsoft concernant ses Principes d'interopérabilité ?

R. En février 2008, Microsoft a annoncé de grands changements dans ses pratiques afin d'élargir l'ouverture vers ses produits, de favoriser l'interopérabilité et d'offrir de nouvelles opportunités aux communautés des développeurs, des partenaires, des clients et des concurrents.
Plus précisément, Microsoft met en œuvre quatre nouveaux principes d'interopérabilité, et les actions correspondantes, pour ses produits majeurs : Windows Vista (avec Microsoft .NET Framework), Windows Server 2008, SQL Server 2008, Office 2007, Exchange Server 2007 et Office SharePoint Server 2007 (et les futures versions). Les principes sont :

  • Assurer des échanges ouverts.
  • Promouvoir la portabilité des données.
  • Améliorer la prise en charge des standards du marché.
  • Favoriser des accords ouverts avec d'autres acteurs de l'informatique, y compris des communautés open source, pour résoudre les problèmes de standards et d'interopérabilité.

 

Q. En quoi consistent ces principes et ces actions dans le domaine de l'interopérabilité ?

R. Nous avons défini quatre grands principes :

  • (1) Assurer des échanges ouverts avec les produits Microsoft. Microsoft souhaite favoriser les connexions à ses produits majeurs afin que des développeurs, des partenaires commerciaux et des concurrents puissent mieux prendre en compte nos produits, adapter des solutions existantes ou en inventer de nouvelles.

    Sur son site Web, Microsoft a ainsi publié la documentation pour tous ses protocoles et interfaces de programmation d'application (API) qui concernent ses produits majeurs et sont utilisés par d'autres produits Microsoft. Microsoft fournit ces API et protocoles de trois façons :
    • Accès ouvert. Microsoft fournit ces informations aux développeurs sans exiger de leur part d'acheter une licence ou de payer des royalties.
    • Brevets RAND. Certains des protocoles ouverts de Microsoft sont couverts par des brevets. Microsoft signale sur son site Web les protocoles couverts par des brevets, et propose une licence RAND (Reasonable And Non-Discriminatory terms – en termes raisonnables et non discriminatoires), avec de faibles royalties. Microsoft diffusera cette liste pour chaque version d'un produit majeur qui inclut des protocoles ouverts. Comme d'habitude avec les API, les développeurs n'auront besoin d'aucune licence Microsoft pour appeler depuis leurs applications ces API ouvertes.
    • Compatibilité open source. Microsoft s'est engagé à ne pas poursuivre les développeurs open source (qu'il s'agisse d'individus isolés, d'association sans but lucratif ou d'organisations commerciales qui travaillent sur un projet de développement open source) pour le développement et la distribution non commerciale de projets mettant en œuvre ces protocoles ouverts. Ceux qui souhaitent s'engager dans une distribution commerciale de produits qui utilisent ces protocoles, devront obtenir une licence d'exploitation des brevets auprès de Microsoft. Il en sera de même pour les entreprises qui obtiennent ces produits auprès d'un distributeur qui ne possède pas cette licence d'exploitation des brevets.

       

  • (2) Promouvoir la portabilité des données
    Microsoft fournit de la documentation et conçoit ses produits majeurs de telle sorte que les clients puissent accéder à leurs données stockées et les utiliser facilement dans d'autres logiciels. Pour cela, Microsoft applique diverses méthodes.
    • Formats ouverts. Pour permettre à ses développeurs de créer de nouveaux formats de données sans que ces formats gênent la portabilité, Microsoft garantit que ces formats de données seront standardisés ou publiés. L'accès à ces spécifications sera possible via le Web, sans payer de royalties et sans nécessiter de licence. Si des brevets s'appliquent, ils seront disponibles selon les termes RAND. Plus précisément, Microsoft mettra à jour sa documentation sur les formats de fichiers binaires (.doc, .xls et .ppt) utilisés par les applications Microsoft Office. Dans les prochains mois, Microsoft a ainsi publié la documentation OSP (Open Specification Promise) pour le format XAML (Extensible Application Markup Language) utilisé par les applications Web pour créer des interfaces utilisateur graphiques sophistiquées. Pour plus de détails, merci de visiter (en anglais) : http://msdn.microsoft.com/en-us/library/dd361847(PROT.10).aspx
    • Flexibilité dans les formats de documents. Pour faciliter le choix par l'utilisateur d'un format de documents, Microsoft a rendu disponible dans le SP2 de Microsoft Office 2007 de nouvelles API pour les principales applications d'Office 2007 (Word, PowerPoint, Excel) afin de permettre aux développeurs d'ajouter de nouveaux formats de documents. L'utilisateur pourra choisir ces formats comme valeur par défaut pour enregistrer ses documents.
    • Importation / exportation ouvertes des données de l'utilisateur. Pour promouvoir la portabilité des données, les produits Microsoft intégreront des fonctions d'importation et d'exportation qui permettront à l'utilisateur d'extraire et de transférer les données d'une application vers une autre.

       

  • (3) Améliorer la prise en charge des standards du marché
    Microsoft prendra en charge des standards pertinents dans ses produits majeurs, et le fera selon de nouvelles méthodes afin d'assurer un plus haut niveau d'interopérabilité. Cela permettra à d'autres programmeurs qui mettent en œuvre des standards, de comprendre comment un standard est implémenté dans un produit Microsoft, afin d'assurer un maximum de compatibilité entre tous les produits du marché, ce qui satisfera les clients.
    • Large compatibilité. Pour améliorer l'interopérabilité de ses produits majeurs, Microsoft déterminera les standards à prendre en considération. Pour cela, il s'appuiera sur les avis des clients. Puis Microsoft travaillera avec d'autres grands éditeurs qui utilisent ces standards pour définir une mise en œuvre fiable, cohérente, capable d'assurer une large interopérabilité avec vaste gamme de produits existant sur le marché.
    • Documentation ouverte. Afin de promouvoir l'interopérabilité en toute transparence, Microsoft documentera sa prise en charge de ces standards, et toutes les extensions liées à l'interopérabilité.
    • Documentation ouverte. Afin de promouvoir l'interopérabilité en toute transparence, Microsoft documentera sa prise en charge de ces standards, et toutes les extensions liées à l'interopérabilité.

       

  • Microsoft accroît sa communication envers les clients, les développeurs et les communautés open source afin d'adopter une approche collaborative pour résoudre les problèmes d'interopérabilité.
    • Forum sur l'interopérabilité. Microsoft créera un forum sur le Web pour des discussions ouvertes sur les problèmes d'interopérabilité que rencontrent les clients dans le monde entier.
    • Interopérabilité des documents. Microsoft a lancé une Initiative pour l'interopérabilité des documents (Document Interoperability Initiative), qui regroupe des acteurs du secteur informatique afin de résoudre les problèmes d'interopérabilité et de faciliter les échanges de données entre formats largement répandus.
    • Initiative pour l'interopérabilité Open Source. Microsoft a lancé une Initiative pour l'interopérabilité open source afin de promouvoir un engagement entre Microsoft et les communautés open source. Cette initiative couvre toutes sortes d'événements et de ressources en rapport avec l'interopérabilité, comme des laboratoires de tests, des modules additionnels, des contenus techniques et des opportunités pour assurer un développement en pleine coopération. Pour plus de renseignements, merci de visiter (en anglais) : http://www.microsoft.com/opensource/interop/default.mspx

 

Q. Microsoft a déjà fait plusieurs annonces concernant l'interopérabilité. En quoi cette démarche est-elle différente ?

R. Nous avons annoncé des principes qui concernent tous nos produits majeurs, et nous y avons associé des éléments concrets. Nous avons commencé à concrétiser ces principes en publiant de la documentation sur nos protocoles, et nous développerons largement ces publications dans le futur.

Les faits montrent clairement que nous mettons beaucoup de moyens en œuvre pour développer l'ouverture et l'interopérabilité. Depuis juin 2008, nous avons publié approximativement 50 000 pages de documentation technique sur notre site Web, couvrant tous les protocoles d'Office 2007 utilisés pour connecter ces produits à d'autres produits Microsoft comme Exchange Server 2007 et SharePoint Server 2007.

Q. Quelles sont les différences par rapport à vos actions précédentes ?

R. Ces changements représentent une extension significative des pratiques de Microsoft dans le domaine de l'interopérabilité. Précédemment, Microsoft fournissait toute la documentation de ses API pour ses systèmes d'exploitation clients Windows via le site Web de MSDN (Microsoft Developer Network). Microsoft fournissait aussi de nombreuses API pour d'autres produits majeurs via ses Kits de développement logiciel (SDK) et MSDN.

  • Microsoft s'engage à diffuser toutes les API de tous ses produits majeurs, utilisées par d'autres produits Microsoft, et les rendre accessibles gratuitement sur le Web via MSDN.
  • Cela signifie que tous les développeurs ont accès aux mêmes API utilisées par d'autres produits Microsoft. Microsoft applique désormais en permanence ce principe en l'intégrant dans le cycle de développement des produits.

Actuellement, Microsoft fournit de la documentation sur les protocoles de communication entre les postes clients Windows et les serveurs Windows dans le cadre des programmes Work Group Server Protocol Program (WSPP) et Microsoft Communications Protocol Program (MCPP). Pour adhérer à ces programmes, les entreprises signent un contrat de licence et paient des royalties.

  • Microsoft ouvre à tous la documentation publiée sur ces protocoles, mais publiera aussi de la documentation sur les protocoles de communication d'une gamme élargie de produits. Toute cette documentation sera disponible sur le Web et accessible sans licence ni paiement de royalties.
Q. L'interopérabilité a toujours été importante. Pourquoi Microsoft s'y intéresse-t-il maintenant de manière plus importante ?

R. Chaque utilisateur place de plus en plus d'éléments en ligne et partage de plus en plus de documents. Par conséquent, l'interopérabilité devient importante pour beaucoup d'utilisateurs. Les entreprises nous ont indiqué que l'interopérabilité était un élément essentiel pour elles car les centres de données modernes sont hétérogènes. Nos systèmes doivent être conçus dès le départ pour s'intégrer facilement avec d'autres produits et d'autres systèmes. Pour nous, cela représente une évolution stratégique importante : nos ingénieurs doivent envisager leur mission autrement. Ils doivent désormais prendre en compte l'environnement du client et cela, à chaque étape de la conception et du déploiement de nos logiciels.

Q. Quel est l'impact pour les développeurs ?

R. Résultat des principes et des actions annoncés en février dernier, toutes les catégories de développeurs, y compris les éditeurs de logiciels, les développeurs open source et les développeurs dans les services informatiques, auront un accès ouvert et permanent aux éléments suivants :

  • Les API, qui feront fonctionner leurs solutions sur les produits Microsoft comme le font les autres produits Microsoft.
  • Les protocoles qui définissent comment les produits majeurs de Microsoft communiquent avec les autres produits Microsoft. Ainsi, les produits tiers pourront communiquer de la même façon.
  • Les façons d'assurer la portabilité des données entrées par les utilisateurs dans les produits Microsoft.
  • La façon suivie par Microsoft pour mettre en œuvre les standards importants pour assurer l'interopérabilité dans ses produits majeurs.
Q. Quel est l'impact pour les clients ? Comment leur sera-t-elle profitable ?

R. L'informatique s'est composée pendant des années de machines individuelles, les programmeurs développant des logiciels pour maximiser la valeur de chaque système. Mais avec l'omniprésence d'Internet, chaque système et chaque technologie s'interconnectent désormais, et l'interopérabilité est devenue une nécessité. Les actions que nous avons entreprises permettent aux clients d'enregistrer leurs données sous de nombreux formats différents et de les manipuler quand et comme ils le souhaiteront. Nous simplifions aussi le travail des programmeurs qui souhaitent proposer de nouveaux produits en étendant et en développant les avantages des logiciels Microsoft.

Q. L'Interoperability Executive Customer Council (IECC) semble jouer un rôle important ici. Est-il indépendant ?

R. Oui. L'ICEC est une organisation de plusieurs dizaines de memebres créée en 2006 qui regroupe des directeurs informatiques, des responsables techniques et des architectes en informatique en provenance de grandes entreprises mondiales et d'instances gouvernementales. Les membres du conseil, qui se rencontrent fréquemment au cours de l'année, couvrent les secteurs de l'assurance, de la banque, des services financiers, des transports, des voyages, des services de conseil, des produits grand public, des services publics et des industries manufacturières.

Q. Où ces nouvelles informations seront-elles disponibles ?

R. Microsoft utilise son portail des développeurs, MSDN, pour publier les API et les protocoles ouverts, et pour héberger des forums consacrés à la documentation. Les développeurs n'auront pas à payer une licence ou des royalties pour accéder à cette documentation. Les forums des spécifications des protocoles ouverts sont accessibles sur la page (en anglais) http://go.microsoft.com/fwlink/?LinkId=111125.

Microsoft a déjà documenté ses protocoles Windows, client et serveur, dans le cadre de ses programmes de licences MCPP et WSPP lancés suite au décret de consentement américain et à la décision de 2004 de la Commission Européenne. Cette réalisation a impliqué 600 personnes et a produit 30 000 pages de documentation. Cette documentation sur les protocoles Windows est accessible sur la page http://msdn.microsoft.com/openprotocols.

Les protocoles ouverts incluent la documentation disponible dans le cadre de ces programmes. Toute cette documentation est désormais accessible sur MSDN sans obtenir de licence ni payer de royalties.

Q. Quand Microsoft diffusera-t-il une liste des brevets qui s'appliquent à chaque protocole ? Où seront-ils accessibles ?

R. Les listes de brevets sont déjà diffusées pour les documents qui sont disponibles sur MSDN. Il existe deux listes qui se recoupent. Les pages principales sont sur http://www.microsoft.com/protocols/default.mspx à mesure que nous publierons de nouveaux documents, nous ajouterons à ces listes les protocoles qui sont couverts par des brevets, une carte qui indiquera les brevets spécifiques à chaque protocole, et les informations de prix et de licences pour ces brevets.

Q. Quelles assurances sur la propriété intellectuelle Microsoft apporte-t-il aux développeurs et aux distributeurs open source quant à leurs développements et distributions concernant les protocoles ouverts ?

R. Microsoft a pris un engagement vis-à-vis des développeurs open source : Microsoft ne poursuivra pas un développeur open source qui développe, utilise, importe ou distribue une innovation dans un cadre non commercial. Cet engagement concerne tous les développeurs qui contribuent à un projet open source, qu'ils soient indépendants ou qu'ils fassent partie d'organisations à but non lucratifs ou d'entreprises commerciales. Pour ceux qui envisagent une distribution commerciale, des licences sur les brevets sont nécessaires. Elles utilisent des termes RAND et correspondent à des royalties faibles.

Le tableau ci-dessous décrit les aspects de la propriété intellectuelle des principes d'interopérabilité applicables aux protocoles ouverts Microsoft :

Accès libre aux spécifications des protocoles ouverts Microsoft Couvert par l' « engagement à ne pas poursuivre » (CNS) pour un développement et une distribution à des fins non commerciales utilisant les protocoles ouverts Microsoft Accès à la liste des brevets couvrant les protocoles ouverts Microsoft Disponibilité de licence RAND et faibles royalties pour les brevets couvrant les protocoles ouverts Microsoft
Tous* les développeurs travaillant sur des projets open source Oui, tous ont accès. Oui, tous sont couverts. Oui, tous ont accès. Ne s'applique pas car ce groupe est déjà couvert par CNC.
Tous les autres développeurs Oui, tous ont accès. Pas couverts. Oui, tous ont accès. Oui, les licences et les royalties s'appliquent.
Distribution à des fins non commerciales Oui, tous ont accès. Oui, tous sont couverts. Oui, tous ont accès. Ne s'applique pas car ce groupe est déjà couvert par CNC.
Distribution à des fins commerciales Oui, tous ont accès. Pas couverts. Oui, tous ont accès. Oui, les licences et les royalties s'appliquent.

* inclut : les développeurs individuels, les organisations à but non commercial (non lucratif) ou les entités commerciales (entreprises et leurs employés). Pour obtenir davantage d'informations, visitez (en anglais) http://www.microsoft.com/interop/principles/osspatentpledge.mspx.

Q. Comment Microsoft définit-il « distribution à des fins commerciales » ?

R. Comme indiqué dans l'engagement de non poursuite envers les développeurs open source, le logiciel est considéré comme diffusé à des fins commerciales lorsque le distributeur obtient des revenus par sa distribution (sous la forme d'abonnements, de mises à jour, de frais de connexion pour l'utilisateur) ou par des services qui sont requis par contrat pour que le client puisse obtenir le version actuelle et/ou des mises à jour du logiciel en question. Pour toutes questions sur ce point, visitez la page http://www.microsoft.com/interop/principles/osspatentpledge.mspx.

Q. Quels sont les termes RAND sous lesquels Microsoft licencie ses protocoles ? Quel est le montant des royalties associées à ces licences ?

R. Les termes RAND (raisonnables et non discriminatoires) s'appliquent à tous ceux qui souhaitent obtenir des licences sur les brevets relatifs aux protocoles ouverts Microsoft. Le montant actuel des royalties est de 0,4% du chiffre d'affaires réalisé avec les produits sous licences. Tous les prix des royalties sur les autres brevets ne sont pas encore fixés, mais nous envisageons des montants du même ordre.

Q. Quel est l'impact sur les nombreux contrats de licences croisées que Microsoft a signé ?

R. Il n'y a pas de modification sur les contrats de licences croisées que nous avons signés dans le passé.

Q. Ces informations signifient-elles que Microsoft ne continuera pas ses contrats de licences croisées ou ses accords de protection intellectuelle signés avec Novell, Xandros, Turbolinux et d'autres ?

R. Non. Les licences croisées et autres contrats relatifs à la propriété intellectuelle constituent une façon de collaborer entre entreprises pour faire avance l'innovation. Ces contrats permettent aussi aux distributeurs d'apporter une valeur ajoutée à leurs clients qui opèrent dans des environnements hétérogènes. Ces contrats font partie de notre approche à plusieurs facettes pour gérer notre propriété intellectuelle comme un actif commercial. Nous continuerons de travailler avec des entreprises qui respectent cette propriété intellectuelle et qui souhaite collaborer avec nous pour améliorer l'environnement informatique dans son ensemble.

Q. Je possède déjà une licence MCPP ou WSPP. Dois-je passer au nouveau programme ? Si oui, comment dois-je m'y prendre ?

R. Les licenciés MCPP et WSPP ont accès à tous les protocoles disponibles sur le site MSDN, à l'adresse http://msdn.microsoft.com/openprotocols. Le contrat MCPP ou WSPP permet d'utiliser ces protocoles pour développer et distribuer des logiciels licenciés pour fonctionner avec Windows.

Q. Vous dites que ces actions reposent sur des initiatives d'interopérabilité déjà en cours chez Microsoft. De quelles initiatives parlez-vous ?

R. En février 2005, Microsoft a commencé à travailler sur l'interopérabilité dès la conception en s'engageant sur XML. Depuis cette date, Microsoft a annoncé un grand nombre d'actions dans le domaine de l'interopérabilité qui incluent le déplacement de dizaines de spécifications vers OSP, des projets d'interopérabilité sur des technologies importantes comme la virtualisation Linux et Windows, et des accords entre Microsoft et des distributeurs open source comme Novell, Xandros, Linspire et Turbolinux.

Ces projets ont inclus l'établissement de l'IECC et de l'IVA (Interop Vendor Alliance) pour identifier et résoudre, directement ou en collaboration, les problèmes d'interopérabilité qui gênent le plus les clients. Via des laboratoires techniques et un dialogue permanent avec des directeurs informatiques, des architectes et des entreprises importantes, ces deux groupes ont produit des résultats tangibles dès leur première année d'existence.

De plus, depuis septembre 2005, Microsoft s'est impliqué dans des collaborations techniques avec le monde open source, incluant JBoss, SugarCRM, XenSource, Zend Technologies and SpikeSource. Ces projets aident nos clients respectifs à exploiter la plateforme Windows tout en bénéficiant d'un vaste choix de solutions lorsque Microsoft et les logiciels open source cohabitent dans le même environnement.

Enfin, des développements ont vu le jour suite à notre collaboration avec les communautés open source.

  • Samba. En décembre 2007, la Protocol Freedom Information Foundation (PFIF), une organisation à but non lucratif créée par le Software Freedom Law Center, a signé un accord avec Microsoft pour recevoir la documentation des protocoles utilisés dans les produits serveurs Windows de groupe de travail, et pour les rendre accessible à des projets de logiciels libres comme Samba.
  • OSI. En octobre 2007, l'OSI (Open Source Initiative) a approuvé deux licences Shared Source de Microsoft : la Microsoft Public License (MPL) et la Microsoft Reciprocal License (MRL). L'approbation de l'OSI est une recommandation de conformité de chaque licence avec l'Open Source Definition (OSD).
Q. Qu'en est-il du contrat signé avec la Protocol Freedom Information Foundation (Samba) ?

R. Bien que PFIF ait signé un accord de licence confidentiel qui lui donne accès aux protocoles WSPP moyennant une cotisation, aujourd'hui tous ses membres accèdent à cette documentation sur le Web sans avoir besoin de payer quoi que ce soit ni de signer un contrat. De plus, nous étendons cette approche non seulement aux protocoles de communication mais aussi aux API, aux formats de données et aux extensions standards du marché. Finalement, ces principes s'appliquent aussi à un ensemble plus vaste de produits majeurs, pas seulement aux systèmes d'exploitation des serveurs de groupes de travail.

Q. Et le contrat Novell – Microsoft ? Est-il réduit à néant ?

R. Non. Dans son blog (http://www.novell.com/company/blogs/cmo/?p=83), John Dragoon, le directeur marketing de Novell, a fait l'éloge des actions prises par Microsoft à la suite de l'annonce de février 2008. Il affirme que Novell continuera de récolter d'importants avantages de sa collaboration avec Microsoft.

Q. Que faites-vous pour développer l'interopérabilité avec des mises en œuvre standards entre produits ?

R. Nous écoutons avec attention les avis de nos clients qui nous guident pour que nous prenions en charge des standards dans nos produits de façon à répondre à leurs besoins d'interopérabilité dans les entreprises. Nous partageons aussi de façon publique des informations sur notre prise en charge de standards, et nous étudions l'interopérabilité avec d'autres mises en œuvre de ces standards, via des laboratoires techniques, des séminaires, et d'autres événements. Enfin, nous participons à plusieurs organismes de normalisation ; nous contribuons ainsi au développement de nouveaux standards et à l'amélioration de standards existants.

Q. Concrètement, quelles informations diffusez-vous sur votre façon de prendre en charge des standards dans vos produits actuels et futurs ?

R. Nous publions une liste des standards qui sont les plus importants pour permettre l'interopérabilité entre nos produits majeurs et d'autres produits. Pour chacun d'eux, nous identifierons les informations qui comptent pour permettre l'interopérabilité entre l'implémentation Microsoft et les autres implémentations sur le marché de ce standard. Il s'agit par exemple des aspects de ce standard que nous prenons en compte, et de la documentation des extensions que nous apportons.

Haut de page