Protéger son smartphone et lutter contre le piratage mobile

À l’échelle globale, le marché de la téléphonie mobile a atteint une saturation sans précédent. En fait, selon un rapport publié en mars 2017 par International Data Corporation (IDC), intitulé « Worldwide Smartphone Forecast 2017-2021 », 1,53 milliard d’unités ont été livrées en 2017, ce qui représente une hausse de 4,2 % en comparaison des 1,47 milliard d’unités livrées en 2016. Partant de ce constant, les livraisons devraient atteindre 1,77 milliards d’unités en 2021. Autrement dit, cela signifie qu’il y a et qu’il continuera d’y avoir un nombre incroyable d’appareils mobiles utilisés dans le monde entier.

Si cela constitue en soi une excellente nouvelle pour toute personne qui a besoin de rester en contact avec ses amis, sa famille, ses clients et ses collègues, cela signifie également que la prolifération du piratage rend vos données plus vulnérables que jamais. Heureusement, il existe un certain nombre de choses simples que vous pouvez faire pour renforcer la sécurité de votre smartphone, protéger vos données et préserver la confidentialité de vos informations personnelles. Voyons cela :

  • Tenez vos logiciels (et applications ) à jour. Même si cela peut sembler élémentaire, la mise à jour des logiciels et applications chargés sur nos smartphones est quelque chose que beaucoup d’entre nous négligent (ou oublient) de faire. Il est bien certain que cela peut prendre du temps et entraîner des changements irritants d’interfaces que vous connaissez et appréciez. En revanche, c’est indispensable pour garantir l’actualité des logiciels et applications de sécurité de votre appareil de façon à vous protéger contre les piratages et à empêcher l’exploitation de vos informations personnelles.
  • Servez-vous d’outils cloud qui vous permettent d’accéder aux fichiers sur divers appareils et sont toujours protégés par les correctifs et logiciels de sécurité les plus récents. Outre d’éliminer le besoin de vérifier régulièrement l’existence de mises à jour logicielles d’applications critiques, cela vous permet de travailler pratiquement en tout lieu, sur un smartphone, un ordinateur portable, un ordinateur de bureau ou une tablette.
  • Faites attention à ce que vous installez. Nous aimons tous les nouvelles applications qui simplifient notre vie, augmentent notre productivité ou nous permettent de nous divertir. Cependant, certaines applications vous demandent de les autoriser à lire vos fichiers, à accéder à votre caméra ou à écouter votre micro. Ces autorisations sont parfois nécessaires mais elles vous exposent également au piratage. En définitive, c’est à vous de décider si l’octroi d’une autorisation à une application vaut le risque auquel cela expose votre appareil mobile. Soupesez dont toujours les risques par rapport aux avantages, et agissez en conséquence.
  • Méfiez-vous des réseaux Wi-Fi publics gratuits. Certes, nous apprécions tous le Wi-Fi gratuit mais, en termes de sécurité, ne pas s’y connecter pourrait bien être le moyen le plus simple de protéger son téléphone contre le piratage. Les réseaux Wi-Fi peuvent facilement être usurpés par des pirates informatiques désireux de profiter de votre nature confiante, et d’exploiter toutes les informations que vous stockez sur votre téléphone. Cela s’est produit il y a quelques années, lors des Jeux olympiques de Sotchi, quand des milliers de personnes se sont connectées au réseau Wi-Fi public, permettant ainsi involontairement à des pirates d’accéder à leurs téléphones et à toutes les données qui s’y trouvaient.
  • Ne rechargez votre smartphone qu’à la maison, dans votre voiture ou dans un espace sécurisé de confiance, car le chargement par port USB public n’est pas forcément sécurisé. En plus de fournir du courant, votre cordon de charge USB peut envoyer et recevoir des données. Et lorsque ce cordon est connecté à une source d’alimentation inconnue, il peut permettre à des pirates de se connecter à votre téléphone et de copier vos mots de passe, informations bancaires, contacts personnels, photos, e-mails, messages vocaux et textuels, et autres données stockées sur votre appareil.
  • Définissez un mot de passe pour l’appareil. Aussi simple que cela puisse paraître, rendre votre appareil difficile d’accès peut bloquer un piratage avant même qu’il se produise. Avec une connexion biométrique ou un mot de passe vraiment difficile à deviner, vous pouvez compliquer considérablement l’accès à votre appareil et ainsi sécuriser les informations qu’il contient. Évidemment, si un pirate est déterminé à accéder à votre smartphone, il existe des moyens de contourner le système mais, en verrouillant votre appareil automatiquement (juste après utilisation), vous bénéficiez d’une couche supplémentaire de protection mobile susceptible de frustrer suffisamment un pirate potentiel pour le convaincre d’abandonner.

Si la sécurité mobile est un impératif moderne, elle ne doit pas être difficile à mettre en œuvre. Quelques précautions simples, telles que la tenue à jour de vos applications et de votre système d’exploitation, le chargement de votre téléphone dans un espace privé sécurisé et le réglage approprié de votre écran de verrouillage, suffisent pour améliorer la sécurité de votre smartphone et protéger les informations importantes à vos yeux.

À propos de l’auteur

The Microsoft 365 team is focused on sharing resources to help you start, run, and grow your business.

Prise en main de Microsoft 365

Accédez à la suite Office que vous connaissez, et tirez parti des outils destinés à renforcer la collaboration et la productivité à tout moment et en tout lieu.

Achetez maintenant
Contenu associé
Business Tech

Ce qu’il se passe quand des entreprises ne sécurisent pas correctement leur propriété intellectuelle

En savoir plus
Business Tech

Données, de l’innovation stratégique à l’atteinte à la vie privée

En savoir plus
Business Tech

Guide de l’email sécurisé à l’intention d’une petite entreprise

En savoir plus
Business Tech

6 tâches idéales pour le cloud et le stockage en ligne

En savoir plus

Le Centre pour la croissance n’offre aucun conseil fiscal ou financier professionnel. Vous devez contacter votre propre conseiller fiscal ou financier pour discuter de votre situation.